Publicité

Le blogue de Richard Levesque

11 décembre 2014 - 06:25

«Il était une fois...»

7 Commentaire(s)

« Il était une fois… » :  quand on entend ou qu’on lit ces mots, on retrouve notre enfance, notre naïveté, et le monde tout d’un coup devient plus simple et plus beau.  Les enfants ne pleurent pas le passé, ne tremblent pas pour le futur.

« Il était une fois… » : le pays des contes est plein de merveilles.  Là, les animaux parlent, les arbres aussi, et les oiseaux ont de si grandes ailes qu’ils peuvent vous amener voyager dans les nuages.

Les contes sont de tous les temps et de toutes les contrées;  mais parmi les plus beaux, il y a ceux qui arrivent du Pôle Nord dans les premiers jours de l’hiver.

« Il était une fois le Père Noël… ».  Je n’ai pas besoin plus longtemps de faire l’écrivain.  Il suffit que je trace ces mots :  « Il était une fois le Père Noël », et vous faites le reste.   Vous n’êtes plus des lecteurs adultes.  Vous êtes des enfants pleins d’imagination qui inventez la suite de l’histoire.

Et chaque fois c’est une belle histoire, différente pour chacun, mais toujours emplie de merveilles et de magie.

Pourquoi ne me racontez-vous pas votre histoire?

 


 
Ma charade vous a donc résisté?  COCORICO!  Bravo à moi!…

 
Voici la réponse et les explications :
 
Mon premier et mon deuxième ensemble sont un piège ou des attraits :  APPAT ou APPAS…

Mon troisième et mon quatrième ensemble sont un sport ou montrent une grande fatigue :  NAGE (être en nage montre une grande fatigue).

Mon tout désigne ce qui appartient en propre, de droit ou naturellement :  APANAGE.


Il y aura sous peu d’autres énigmes.  Mais pour le moment je me repose sur mes lauriers...

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Toutes vos réactions

7 réaction(s)
  • On a été vaincus!
    Je n'ai pas d'histoire à raconter. En fait si, mais j'en ai trop ! :)
    Yoann - 2014-12-11 11:06
  • Vous pouvez bien le chanter haut et fort votre Cocorico, vous ne l’avez pas volé!!! Eh oui, bravo. Je me suis entêtée sur la chasse, mais avec les appâts, on aurait dû trouver! C’est tout plein de bon sens. J’espère que le fait de vous reposer sur vos lauriers ne vous en inspirera pas des plus tordues. Je croise les doigts. Ouf.
    M. Thériault - 2014-12-11 17:49
  • Le sablier magique

    Il était une fois le Père Noël qui se trouvait en fort mauvaise posture. Kastout le lutin avait accidentellement brisé son sablier magique deux jours avant l’événement tant attendu. Ce sablier était unique : il possédant la capacité d’arrêter le temps. Quand le Père Noël le couchait alors que le sable vert coulait, le temps s’immobilisait. Les lutins optimistes avaient bien essayé de recueillir le sable magique pour le mettre dans un autre sablier, mais la précieuse matière s’était volatilisée dans leurs mains. Sans le sablier enchanté, il serait impossible au Père Noël d’accomplir sa haute mission. Même en volant sans relâche pendant la plus fabuleuse nuit, les vaillants rennes ne pourraient jamais s’arrêter sur le toit de toutes les maisons avant le matin du vingt-cinq. En effet, il fallait une nuit de cinq ans pour effectuer toute la distribution de cadeaux. Soit dit en passant, ce Père Noël n’était en fonction que depuis quelques années : sa barbe blanche s’expliquait par le fait qu’il prenait un coup de vieux chaque nuit de Noël.

    Kastout le lutin, tout penaud, alla trouver le Père Noël pour racheter son erreur. Il avait entendu dire que le créateur du sablier, qu’on croyait mort depuis longtemps, vivait toujours. Il habitait sur un glacier en forme de sablier, dans un pays lointain qu’on nommait le Pôle Sud. En échange de quelques pâtisseries de mère Noël, le magicien accepterait sûrement de fabriquer un nouveau sablier. En effet, il avait paraît-il un goût prononcé pour les petites douceurs. Kastout se proposa d’accompagner le Père Noël chez cet homme.

    - Qu’il en soit ainsi, annonça le Père Noël d’une voix grave. Je vais demander à ma femme de se mettre au fourneau pour remplir ma hotte de sucreries. Nous partirons tout de suite après. Quant à vous, dit-il à quelques lutins, je vous saurais gré d’atteler les rennes!

    Mère Noël travailla d’arrache-pied avec l’aide de lutins secourables. En quelques heures à peine, le traîneau était chargé et prêt à partir. Le voyage vers le Pôle Sud ne dura qu’une demi-journée tant les animaux fournirent d’efforts. Contrairement au Pôle Nord, le soleil était levé à cette période de l’année. Le traîneau entama la manœuvre de descente vers l’iceberg indiqué et se posa en douceur. Le Père Noël remit un biscuit à chaque renne, car mère Noël avait pensé à tout le monde. Puis, il apporta sa hotte et marcha vers la maison du magicien avec Kastout sur les talons. Il s’agissait d’un modeste château de glace. Le lutin cogna trois fois à la porte et un vieux monsieur sortit. À en juger par la taille de sa barbe, il était plus vieux que le père Noël.

    — Ho! Ho! Ho! Mon épouse vous a confectionné tout un sac de pâtisseries succulentes. En échange, j’aurais un petit service à vous demander...

    Le Père Noël exposa son problème au magicien, dont les yeux louchaient vers la hotte bien remplie.

    — Un biscuit sablé, vous dites? Euh, un sablier ? Pas de problème, je m’en occupe tout de suite! Venez, entrez!

    Le Père Noël et son lutin le suivirent à l’intérieur et se retrouvèrent dans une pièce où des grains de toutes les couleurs coulaient dans des sabliers. Leur hôte les conduisit à un exemplaire vide : il y versa une fiole de sable vert et prononça une série d’incantations. Il dut recommencer plusieurs fois, car il sortait des noms de sucreries à la place des vraies paroles. Finalement, le magicien remit un sablier tout neuf au Père Noël.

    — Veillez à ne pas le casser, celui-là! Il ne me reste plus de sable magique et à l’âge que j’ai, je n’ai plus assez de pouvoirs pour en créer!

    Le Père Noël coucha l’instrument: le magicien s’immobilisa et Kastout pareillement.

    — Ainsi figé, dit le Père Noël, mon lutin ne peut plus commettre de maladresse! Oh! Oh! Oh!

    La Père Noël remit le sablier debout, mais il fit un faux mouvement et l’instrument lui glissa des doigts. Au dernier instant, Kastout le rattrapa.

    — Oh! Oh! Oh! Heureusement que je t’ai amené avec moi, Kastout! Tu as sauvé la fête de Noël!

    Kastout leva fièrement la tête et eut l’honneur de porter le sablier jusqu’au traîneau.

    Ainsi, le Père Noël put arrêter le temps cinq ans pour effectuer sa livraison de cadeaux,pour le bonheur de tous les enfants de la Terre.

    Valérie Thériault-Deschênes - 2014-12-14 11:02
  • Bravo Valérie, et merci pour ce conte, qui est un beau cadeau pour tous nos lecteurs!
    Richard - 2014-12-14 15:29
  • Il était une fois le Père Noël, un 23 décembre, qui avait trimé bien dur. Depuis des semaines, il s’afférait à la tâche pour que tout soit bien en place pour la merveilleuse nuit de Noël, mais d’avoir tellement marché dans son atelier de jouet pour que tout se passe rondement, il en avait les pieds tout enflés et malgré ses efforts, il ne parvenait plus à enlever ses bottes. La fée des étoiles déployait quant à elle bien des efforts pour lui venir en aide:
    Oh ! Hisse, oh ! Hisse, avait-elle lancé à tue-tête durant de longues minutes en tirant sur les grosses bottes, mais malgré son bon vouloir, elle n’y était pas parvenue. Ce n’est qu’avec un cinquième et même un sixième coup de baguette magique qu’elle réussit finalement à délivrer le vieillard de ce terrible poids et à lui mettre les pieds dans un bassin d’eau pour parvenir à le soulager.
    Et pendant tout ce temps que durait leur péripétie, un arôme agréable se dégageait lentement de la cuisine et embaumait la maison du Père Noël. C’est que la mère Noël s’était mise au fourneau très tôt pour faire plaisir à son homme et espérait qu’il sache apprécier ses merveilleuses petites attentions.
    Mais le Père Noël en sentant l’odeur qui lui chatouillait les narines ne se sentait pas très rassuré et se laissait aller à ses réflexions.
    -Ah non ! Pas encore des biscuits ? Je ne suis plus capable ! J’en ai fait une terrible indigestion l’an passé durant ma tournée avec tous ces biscuits que les enfants du monde entier m’ont préparés et que j’ai dû ingurgiter et là il faut que je recommence…déjà ! Aux dernières maisons, j’ai eu peine à remonter dans la cheminée tellement mon ventre était gros et lourd. En tout cas, j’espère que ce n’est pas encore la fameuse recette « Nuit de Noël magique« qu’elle me prépare chaque année pour calmer mes supposées fringales. Non mais !
    Et tombant de fatigue, il s’endormit paisiblement pour ne se réveiller que le matin de sa tournée annuelle.
    Mais ce que le Père Noël ignorait c’est que la fée des étoiles de ces nombreux coups de baguette magique qui semblaient n’avoir été qu’un coup d’épée dans l’eau avait en réalité deviné ses pensées profondes et lorsqu’il se réveilla dans son somptueux fauteuil il était frais et dispos, se sentait ragaillardi et avait perdu les nombreux kilos qu’il avait en trop. Ses pieds avaient retrouvé les ardeurs de sa prime jeunesse et elle avait aussi fait en sorte que pour toujours et à tout jamais et en tout lieu, il raffolerait des biscuits de toutes sortes et de tous les coins de la Terre. Et que sans trop savoir pourquoi il en redemanderait encore et toujours…
    Les lutins plein d’entrain préparèrent son traîneau et les rennes le lancèrent sur la plus merveilleuse livraison de cadeaux qu’il n’avait jamais connu. Et ce qui est bizarre, c’est que quand il trouva les premiers biscuits et le verre de lait, il s’empiffra comme s’il n’en avait jamais mangé auparavant. La fée des Étoiles qui assistait à tout grâce à sa magie souriait malicieusement.
    Monique - 2014-12-14 19:57
  • @Monique: bravo et merci! Ton histoire est à la fois drôle et touchante... Très joli conte!
    Richard - 2014-12-14 21:08
  • Bravo à Valérie et Monique! Vous avez une belle et tendre imagination. L'esprit de Noel a du vous inspirer! Je vous souhaite de Joyeuses Fêtes avec peut-être un peu de sable magique et beaucoup, beaucoup de petits biscuits succulents....
    Madeleine D. - 2014-12-15 14:44