Publicité

Le blogue de Richard Levesque

16 janvier 2014 - 06:24

Un petit roi

5 Commentaire(s)

Vois le petit garçon qui joue avec deux boîtes de carton, un bout de câble, un gros chat jaune...

Regarde-le bien:  il s’amuse à voir des châteaux dans ses boîtes, une rivière dans son câble…  Et le chat jaune, c’est un cheval blanc.  (Le chevalier qui le monte est un vieil ours à la peluche bien mitée...).
 

Vois:  le petit garçon s’invente des personnages et des mondes; il s’allume un nouveau soleil, si le ciel s’ennuage trop.  Il souffle fort sur les brins d’herbe, et c’est une forêt couchée par la tempête!

Des fois le chat veut s’en aller: il va désarçonner l’ourson, culbuter le château, franchir la rivière d’un bond, se perdre au loin dans la forêt...

Alors le petit garçon pleure, quelques instants...  Puis il redresse le château, change le cours de la rivière et couronne de pissenlits son pauvre ourson devenu roi.

Des fois le chat jaune revient, et pousse le roi de sa patte...


Vois:  ce petit garçon, ce chat, et cet ourson, c’est le plus beau royaume au monde!

 

 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Toutes vos réactions

5 réaction(s)
  • Bon, je sais, mon petit conte n'est pas de saison. Mais ça fait du bien de quitter la glace pour l'herbe et les histoires de chartes pour une histoire de gros chat jaune...
    Richard - 2014-01-16 08:44
  • Encore un enfant qui traumatise un chat ! Pôv'petit minou ! :)
    En tout cas, ça nous rappelle de prendre soin de garder notre âme d'enfant, c'est beau...
    Yoann - 2014-01-16 13:48
  • Quand j’ai lu votre petit conte, ça m’a fait penser un peu au « Petit Prince », retrouver l’enfant en nous, se souvenir de celui qu’on était…
    Je vous soupçonne fortement d’avoir été inspiré là par vos propres jeux d’enfants, je me trompe?

    M. Thériault - 2014-01-18 12:15
  • @M. Thériault: j'ai bien peur que tu aies raison... c'est si loin! À moins que???
    Richard - 2014-01-18 14:18
  • Ce texte devait être changé aujourd'hui, mais je pense qu'avec le travail qu'il a fait à l'Isle-Verte, notre webmestre n'a eu ni le goût ni le temps de s'arrêter à mes petites histoires.

    Je pense que tous mes lecteurs se joindront à moi pour dire qu'il n'y a pas de mots pour exprimer le désarroi qu'on ressent devant une telle tragédie. L'enfer était à l'Isle-Verte la nuit dernière. Ceux qui y ont péri connaissent maintenant le paradis.
    Richard - 2014-01-23 21:14