Publicité

Le blogue de Richard Levesque

28 septembre 2013 - 13:02

L’Affaire du mafioso assassiné

7 Commentaire(s)

Alberto Spaghettini, alias Al Spagat, est un réputé mafioso.  Ou plutôt « était ».  Il vient d’être retrouvé mort, dans sa voiture garée en face de la luxueuse résidence de sa maîtresse.  La police scientifique a très vite établi que Al Spagat avait reçu plusieurs projectiles de fort calibre, dont un en pleine tête et une autre à la hauteur du cœur.

Pourtant les portières de la voiture étaient verrouillées de l’intérieur, les vitres levées étaient intactes, tout comme le pare-brise et la lunette arrière.  D’ailleurs la carrosserie de l’impressionnante berline ne présente pas le moindre trou.  Pourtant une bonne douzaine de douilles vides ont été retrouvées autour de la voiture.

Comment diable l’assassin a-t-il réussi à abattre Al?  Le mystère plane…
 

 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Toutes vos réactions

7 réaction(s)
  • Il a été tué à côté de l'auto puis déposé dedans une fois mort, puis le tueur a verrouillé les portes, au cas où le fantôme du mafioso voudrait se venger?
    Annie - 2013-09-28 14:35
  • Je prend une chance ... toit ouvrant ou décapotable...
    Vanessa - 2013-09-28 15:16
  • Al Fusilli, son fidèle garde du corps, avait reçu d’en haut l’ordre d’éliminer au plus vite Al Spagat. Quand Al Spagat fut comme chaque soir en train de jouer au scrabble avec sa maîtresse, leur passe-temps préféré, il a pris le double de la télécommande à déverrouillage de portière que lui avaient fourni ses chefs et s’est glissé en douce à l’intérieur de la voiture d’Alberto. Quand Al Spagat est revenu et s’est assis au volant, Fusilli s’est relevé, l’a fait se retourner et bang! une première balle en plein cœur, et une autre dans la cervelle du mafieux, facile parce que là, il ne bougeait plus ben ben. Il est alors descendu de voiture, est parvenu à ouvrir la portière du conducteur avec la télécommande à distance, a tiré encore une bonne quantité de projectiles sur Spaghettini à bout portant pour être bien certain qu’il ne se réveillerait plus, a refermé les 2 portières, les a verrouillées toujours avec la fameuse télécommande si pratique et a quitté les lieux ni vu ni connu.
    Mais je me doute bien que ce n’est pas « la solution attendue ».
    M. Thériault - 2013-09-28 15:36
  • @M. Thériault: je me sacre pas mal de la "solution attendue": j'aime bien mieux ton histoire (d'ailleurs tout aussi vraisemblable que la "solution attendue").

    Quelqu'un veut me raconter ce qui va arriver maintenant, si la "famiglia" Spaghettini décide de venger Alberto?
    Richard - 2013-09-28 19:32
  • M. Thériault déborde d'imagination, c'est le moins qu'on puisse dire. Quand je lis ce qu'elle écrit, je l'imagine presque, tapant ses textes, sourire au visage. Elle doit, elle aussi, être une conteuse hors pair.

    Mais je ne suis pas, cette fois. Aucune suite possible dans ma tête, déjà trop pleine d'un autre dossier chaud.

    Si les gars n'embarquent pas, doit-on continuer de tenter d'élucider le mystère?
    Annie - 2013-09-30 07:37
  • @Annie: le mystère est déjà éclairci... Vanessa a trouvé tout de suite la solution. C'est que la superbe limousine du mafioso était une décapotable "décapotée" au moment fatal de sa rencontre avec... comment M. Thériault l'a-t-elle appelé déjà? Ah! oui, Al Fusilli. Ta solution du corps déplacé n'était pas bête non plus, jeune Annie. En effet, l'énoncé ne disait pas si les clés avaient été retrouvées DANS la voiture... Un oubli de ma part!

    Je vous prépare une charade un peu spéciale pour jeudi...
    Richard - 2013-09-30 15:34
  • "Jeune" Annie? Wow merci, vous faites ma journée M. Levesque! Je viens de perdre 20 ans...
    Annie - 2013-09-30 17:43