Publicité

En prolongation, par

25 septembre 2019 - 15:57

Et si Kotkaniemi ne faisait que 35 points?

Depuis le début du camp d'entrainement du Canadien de Montréal, les yeux des amateurs et des journalistes sont rivés sur les Suzuki, Fleury et Poehling (du moins jusqu'à sa blessure). Pour cause, puisqu'ils touchent à la porte de la Ligue nationale et qu'un vent de fraicheur accompagne leur arrivée imminente avec le CH. 

Au cours des derniers matchs, si les jeunes ont continué de brouiller les cartes de Claude Julien, c'est cependant Jesperi Kotkaniemi (certains nommeront aussi Drouin) qui a retenu l'attention...mais pour de moins bonnes raisons. 

Le jeune homme a connu un match honnête contre les Leafs (euh, les Marlies), peut-être son meilleur depuis le début du camp, mais ses performances n'enflamment pas les observateurs, bien au contraire. Certains remettent en question sa rapidité, d'autres estiment qu'il devrait même jouer quelques matchs dans la Ligue américaine, tellement son rendement n'est pas convaincant. 

Et si Kotkaniemi ne faisait que 35 points cette saison? 

Serait-ce un constat d'échec? Une saison décevante, en deçà des attentes?

Non. 

J'aime la passion des amateurs (et des journalistes ou joueurnalistes!) à Montréal. Les gens veulent que le club gagne. Surtout, ils veulent que le club gagne maintenant. Comme fan, c'est tout à fait normal. Le plaisir réside davantage dans la victoire. 

Cela dit, j'ai beaucoup de difficultés avec l'impatience porté à l'égard de Kotkaniemi. Encore plus, lorsqu'on considère que la saison régulière n'est même pas encore entamée et que, déjà, certains remettent sa 2e saison en question.

Kotkaniemi n'a que 19 ans. 19 ANS! À cet âge, je venais à peine de quitter la maison et j'y revenais chaque weekend pour mon lavage... et pour ramasser quelques portions de pâté au poulet.

Comprenez-moi bien, on aimerait tous que le jeune homme soit comme les McDavid, Crosby, McKinnon, Eichel, Skinner et autres qui se sont rapidement identifiés comme des leaders offensifs importants de leur formation avant d'avoir atteint la vingtaine. Mais ce ne sera peut-être pas le cas et c'est OK.

Kotkaniemi a besoin de temps. Son intelligence, sa compréhension du jeu et ses habiletés ne font pas de doutes, alors patience. 

Vous le savez sans doute, le jeune homme est régulièrement comparé à Aleksander Barkov des Panthers de la Floride. Je ne sais pas si le jeune KK deviendra un jour aussi dominant, mais une chose est certaine, c'est que l'histoire porte à réflexion. 

Barkov a connu des saisons de 24 et 36 points (pas des saisons complètes, ok) avant de flirter avec le point par match à sa troisième année. Plus encore, c'est à sa 5e saison dans la LNH qu'il s'est établi comme un réel centre de premier trio dominant. Ç'a pris 5 ans... 

Même chose pour Mark Scheifele. À 18 ans, il était renvoyé dans le hockey junior en Ontario. À 19 ans, il a accumulé 34 points en 63 matchs, puis 49 points en 82 matchs l'année suivante. Lui aussi, c'est 5 ans après son premier match LNH, qu'il s'est établi comme un centre #1 élite. 

Des exemples, il y en a d'autres. Plusieurs. Et parfois, il est important de remettre les choses en perspective. 

D'ailleurs, dans un article publié aujourd'hui sur le site Web The Athletic, l'expert des recrues Corey Pronman rappelle que Kotkaniemi a été impressionnant l'année dernière à 18 ans. "Il n'a pas été incroyablement productif, mais il a démontré qu'il pouvait réaliser des jeux difficiles à un top niveau. Il est sur la voie de devenir un centre #1".

Pour moi, il n'y a donc aucun de doute que Kotkaniemi doit jouer à Montréal cette saison. Doit-il absolument percer le top 6? Serait-il intéressant de lui confier des ailiers de qualité et de lui faire confiance parmi les deux premiers trios. 

Oui!

Le Canadien de Montréal a besoin d'une bonne saison de sa part pour l'aider à faire les séries éliminatoires. Mais les succès de l'organisation ne reposent pas sur ses épaules. Pas encore du moins. 

Ça ne devrait cependant pas empêcher Claude Julien de l'accompagner avec des ailiers de qualité. Kotkaniemi ne produira pas à son plein potentiel sur une ligne avec ses compatriotes finlandais Lekhonen et Armia.

Oui, on veut voir une progression. Oui, on a hâte qu'il atteigne son plein potentiel. Mais soyons patients. Apprécions le processus. 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides: