Publicité

Sous les projecteurs, par

6 novembre 2019 - 09:41

Entre faune et flore

Haaaa, y'a pas à dire, les élections ça vous chamboule un horaire sur un moyen temps et ça décoiffe. Parlez-en à nos candidats de Montmagny-L'Islet-Kamouraska-Rivière-du-Loup. Pour deux d'entre eux, (Aladin Legault-d'Auteuil et Hugo Latulippe) ce fut un premier saut infructueux, mais un saut quand même.

Mention honorable de mon côté à Hugo Latulippe, qui a tenté de rallier les électeurs favorables aux idées du NPD à coups de haïkus et de poésie sur sa page Facebook. C'est peut-être ça aussi, «faire de la politique autrement». Bref, ce préambule était simplement pour vous inviter à lire le tout récent billet de blogue du collègue François Drouin à propos de la campagne de M. Latulippe, fervent défenseur des régions toujours bien attaché à sa ville-marie, Montréal.

» Ce beau pays de Montmagny–L’Islet-Kamouraska–Rivière-du-Loup

Mon lien subtil ici : une ode aux paysages du Québec.

Ce retour au calme, je l'ai vécu surtout entourée de musique. Klô Pelgag en version symphonique au Grand Théâtre de Québec, toute une escapade musicale. Quand j'ai appris que celui qui signe les arrangements et l'orchestration de l'album «L'Étoile thoracique», son frère Mathieu David Gagnon, lançait son tout premier album solo, je n'ai pas pu résister.

Sa création, «Flore Laurentienne» Volume 1, je la résumerais par : «quand la musique se passe de mots», parce qu’il s’agit d’un opus instrumental seulement.  

Je dépose ici le premier extrait disponible de cet album, «Fleuve no. 1».

Si vous aimiez déjà l’univers musical de Klô Pelgag, vous serez servi, c’est du bonbon captivant et immersif. Bien vu aussi d’intituler cet album «Flore Laurentienne», parce qu’il nous transporte véritablement dans des paysages musicaux tangibles créé de toutes pièces. Je ne peux qu’être enthousiasmée de voir où ce premier projet solo qu’il a lui-même composé, orchestré et dirigé. Puisqu’il s’agit du Volume 1, espérons que ce soit le début de plusieurs autres.

La profondeur d’un orchestre à cordes réel et la place que prend le violoncelle dans ces arrangements ne cesseront jamais de me surprendre. On pourrait facilement comparer cet album à une musique composée pour un film, tant elle est élaborée et détaillée. Je ne lui accolerais toutefois par le terme «musique classique», afin d’éviter de la stigmatiser, puisqu’elle compte aussi une part d’expérimentation, notamment du côté des claviers qui sont joués par le compositeur. À découvrir : sa sublime «Fugue», la cinquième pièce de l'opus. 

Pour le moment, l’album complet est disponible en écoute exclusive sur le Canal Auditif. Il sera officiellement lancé le 7 novembre au Grand Théâtre de Québec et le 8 novembre au Gesù de Montréal dans le cadre du Coup de cœur francophone.

Mathieu David Gagnon a d’ailleurs été nommé en tant qu’arrangeur de l’année au Gala de l’ADISQ en 2017 pour l’album «L’Étoile thoracique» de Klô Pelgag. Ce projet a remporté le prix du réalisateur de l’année et d’album alternatif de l’année. Il a aussi été décoré lors de ses études musicales en France, notamment au Conservatoire d’Aubervilliers de Paris et au Conservatoire de Bordeaux en mettant la main sur le Premier prix de fugue et le Prix de contrepoint et d’harmonie. Un beau bagage qu'il a su mettre en valeur lors de son retour au Québec. 

Je poursuis mon écoute cette semaine pour vous dénicher quelques autres perles. À plus !

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides: