X
Rechercher
Nous joindre
Publicité

Douze mois d’emprisonnement dans la collectivité pour du trafic de stupéfiants

durée 17 décembre 2022 | 06h32
  • Andréanne Lebel
    Par Andréanne Lebel

    journaliste

    Arrêté en juin 2019 dans le cadre du projet Panais de la Sûreté du Québec visant à freiner le trafic de stupéfiants au Bas-Saint-Laurent, le cinquantenaire Alain Chouinard de Témiscouata-sur-le-Lac devra purger une peine de détention dans la collectivité de 12 mois. Il a reconnu sa culpabilité le 9 décembre à des accusations de trafic de stupéfiants et de possession de stupéfiants dans le but d’en faire le trafic.

    Suspecté de trafic de stupéfiants, Alain Chouinard a été contacté par une agente d’infiltration sur son téléphone cellulaire. À la suite de discussions avec elle, une transaction de 3,5 grammes de cocaïne a eu lieu le 10 mai 2019.

    Six jours plus tard, il a texté à nouveau l’agente d’infiltration qui a référé l’accusé à deux autres agentes d’infiltration qui lui ont donné rendez-vous à un bar. Cinquante comprimés de métamphétamine ont été transigés le 16 mai 2019.

    Un mandat d’arrestation et de perquisition a été exécuté le 19 juin 2019. Dans son véhicule, huit comprimés de métamphétamine ont été saisis, ainsi que deux cellulaires et une canne à double fond. À sa résidence, les policiers ont retrouvé des bouteilles d’alcool de contrebande, quatre téléphones cellulaires, une presse à cocaïne non fonctionnelle et 1,75 gramme de cocaïne dans un bibelot de grenouille dans la salle de bains.

    Sous le coup de conditions restrictives depuis 2019, Alain Chouinard n’était pas connu du système judiciaire avant les interventions policières. Il a respecté les conditions de sa remise en liberté. L’accusé sera également sous le coup d’une probation d’un an. Il devra s’abstenir de posséder des armes à feu, de consommer de l’alcool ou des drogues, de se trouver dans des lieux où on fait la vente ou la consommation de stupéfiants.

    «Il est clair qu’en matière de drogue, le trafic de métamphétamine en particulier, les tribunaux doivent dénoncer ce genre de crime et dissuader quiconque de faire la même chose. On doit démontrer la réprobation de la société envers ce genre de crime», a déclaré le juge Martin Gagnon. Me Isabelle Teolis, représentant l’accusé, et Me Manon Gaudreault, procureure de la Couronne, ont soumis la suggestion commune de 12 mois d’emprisonnement dans la collectivité qui a été entérinée par le juge.

    commentairesCommentaires

    0

    Publicité

    RECOMMANDÉS POUR VOUS


    23 septembre 2023 | 12h12

    Prévention fraude: faux représentants et faux policiers

    La Sûreté du Québec du poste de la MRC de Kamouraska désire mettre en garde la population du KRTB de deux stratagèmes de fraude qui sont rapportés présentement dans la région.  Un ou des fraudeurs appellent chez des gens en se faisant passer pour des enquêteurs d’une institution financière et avancent qu’ils ont détecté une fraude au niveau de ...

    22 septembre 2023 | 14h33

    Il écope de 12 ans de prison pour avoir agressé sexuellement ses enfants

    Un père incestueux du Kamouraska devra passer les 12 prochaines années derrière les barreaux d’un pénitencier. Déclaré coupable de multiples crimes sexuels, dont inceste, et de voies de fait, il a agressé ses deux fils pendant une période de plus de 17 ans. Les faits se sont déroulés de janvier 2003 à novembre 2020 dans plusieurs localités de la ...

    21 septembre 2023 | 8h45

    Accident à Rivière-Bleue: décès du conducteur de la voiture

    [MISE-À-JOUR] La Sûreté du Québec a confirmé ce jeudi 21 septembre le décès du conducteur de la voiture rouge qui a heurté un autobus scolaire mercredi à 16 h 15 sur la route 289 à Rivière-Bleue. Il s'agit de Francis St-Pierre, âgé de 49 ans, de la municipalité. «Son décès a été constaté au Centre hospitalier régional de Rivière-du-Loup», a ...