X
Rechercher
Nous joindre
Publicité

«J’ai pensé aux familles» -Pauline Marois

Chargement du vidéo
durée 26 janvier 2014 | 14h42
  • Mario Pelletier
    Par Mario Pelletier

    Journaliste

    Voir la galerie de photos

    L’Isle-Verte - « C’est avec beaucoup de tristesse que je me retrouve là aujourd’hui, j’ai vu l’évènement de loin. J’ai pensé aux familles, à ce qu’elles vivaient, perdre un être proche, un être cher », a commenté Pauline Marois, première ministre du Québec, présente à L’Isle-Verte en fin d’avant-midi dimanche.

    « Des personnes âgées, c’est notre mémoire, c’est ceux qui ont bâti avant nous la société dans laquelle on vit. C’est toujours triste de les voir partir dans des circonstances aussi dramatiques. Alors aujourd’hui, à toutes les familles qui sont touchées, je veux leur dire mon amitié, d’être solidaires, je leur offre mes plus sincères condoléances. Et à travers moi évidemment, ce sont les Québécoises et les Québécois qui s’expriment », a ajouté Mme Marois.

    AUX INTERVENANTS

    La première ministre a également eu de bons mots pour les intervenants. « Je veux dire aux gens de la municipalité que nous les appuyons, je sais qu’ils ont déployé rapidement toute l’aide nécessaire et le support pour la collectivité; les gens de mon gouvernement aussi ont été présents. » Mme Marois a souligné que toutes les mesures ont été prises pour au moins essayer de soulager les gens qui sont concernés par cette tragédie.

    Pauline Marois a également souligné le travail de la sécurité publique et des pompiers qui font le maximum pour essayer d’aller chercher les corps : « On comprend que les familles veulent avoir ce réconfort de savoir que leur mère, leur père, leurs grands-parents, va leur être rendu. »

    ENQUÊTE

    « Il faut être très prudent pour ne pas tirer des conclusions, pour ne pas porter de jugements. Attendons que l’enquête soit terminée, les rumeurs n’aident personne, on le sait. Les blâmes que l’on peut faire à l’un ou à l’autre, ce n’est pas le moment de le faire. Moi je crois que c’est le moment d’agir de façon très rigoureuse, scientifique et c’est ce que fond les gens de la sécurité publique avec l’aide de la municipalité, avec l’aide de tous les intervenants concernés », a indiqué Pauline Marois.

    Avec les conclusions de l’enquête sur l’évènement et le travail du comité mis sur pied par le ministère de la Sécurité publique pour évaluer les mesures de sécurité actuellement disponibles pour les résidences de personnes âgées, Mme Marois pense que le gouvernement du Québec sera mieux outillé pour décider qu’est-ce qui devra être amélioré. Elle s’est dite en accord pour accélérer l’installation de gicleurs mais il faut déterminer à quel rythme, dans quelles circonstances et quel type de bâtiment. « Les décisions devront être justes et correctes », a conclu Pauline Marois.

    
     

    commentairesCommentaires

    4

    • A
      angebleu
      temps Il y a 10 ans
      D'après moi des gicleurs devraient être installés dans toutes les maisons de personnes âgées, partout, les logements ou chambres,et ce au frais du gouvernement, c'est pas mal plus important de payé pour des gicleurs dans des maisons de personnes agées, que dans des maisons anciennes pour sauver le patrimoine, au moins ca sauverait beaucoup plus de vies.
    • J
      jean
      temps Il y a 10 ans
      oui bien sur que ca , prendrait des gicleurs partout mais ce qu il faut savoir cela prends un reseau d aqueduque adequat, ce qui n est pas le cas pour tout le quebec, juste a savoir que l on ne peut tout prevoir, on a beau avoir le meilleur vehicule tout terrain mais si nous avons pas d essence elle vaut rien ta voiture,alords faite le lien, vous savez les eléments on ne peu tout les controler
    • @
      @jean
      temps Il y a 10 ans
      Vous avez parfaitement raison et c'est une des premières choses qui est sortie des témoins au début: les pompiers volontaires qui font leur possible mais qui n'ont pas les outils en main pour sauver les vies, la pression d'eau insuffisante, les camions qui n'ont pas d'échelles adéquates. Il est là le scandale, et on en parle pas.
    • LC
      Luc Chouinard
      temps Il y a 10 ans
      On dépense des millions pour réparer des cabanes et des anciennes maisons, parce que supposément elles ont un cachet ou ça concerne une personne d'un certaine importance. Alors que l'on se rend bien compte que la prétendue culture est plus importante que la vie humaine. Que nos gouvernements apprennent donc à dépenser où ça compte. Tant et aussi longtemps que l'on sera dirigé par des personnes qui n'ont aucun respect de l'argent des autres, on verra toujours des aberrations. J'espère que ces personnes ont compris mon intervention et auront l'occasion de la lire. Parfaitement d'accord avec angebleu.
    AFFICHER PLUS AFFICHER MOINS
    Publicité

    RECOMMANDÉS POUR VOUS


    20 juillet 2024 | 6h04

    Une autopatrouille impliquée dans une collision à Saint-Antonin 

    Une autopatrouille de la Sûreté du Québec a percuté un orignal sur l’autoroute 85, à la hauteur de Saint-Antonin, ce vendredi 19 juillet en fin de soirée.   Camille Savoie, porte-parole à la SQ, confirme que deux policières prenaient place à bord de l’autopatrouille. Elles ont été prises en charge par les paramédics et transportées au Centre ...

    18 juillet 2024 | 14h18

    Jeremy Ringuette retrouvé en vie 

    Jeremy Ringuette, le jeune homme du Haut-Madawaska dont la disparition a été signalée le dimanche 14 juillet a été retrouvé en vie dans le secteur de Dégelis, a confirmé la Gendarmerie royale du Canada (GRC) ce jeudi 18 juillet en milieu d’après-midi.  Dans un bref communiqué de presse, la GRC a informé la population que l’homme de 21 ans était ...

    17 juillet 2024 | 10h04

    Disparition de Jeremy Ringuette : les efforts se poursuivent 

    Voilà maintenant quatre jours, soit plus de 96 heures, que Jeremy Ringuette, un jeune homme du Haut-Madawaska, est porté disparu. Hier, un poste de commandement de la Sûreté du Québec a été établi à Dégelis et les recherches se poursuivent dans un secteur boisé non loin de la frontière avec le Nouveau-Brunswick.  C’est la Gendarmerie royale du ...