Publicité
18 octobre 2019 - 06:00 | Mis à jour : 10:31

La SQ trace le portrait de la première année de la Loi sur le cannabis

Info Dimanche

Par Info Dimanche, [email protected]

Le jeudi 17 octobre 2019 marquait la première année de l’entrée en vigueur de la Loi sur le cannabis. La Sûreté du Québec dresse un portrait de cette nouvelle réalité sur le travail policier, tant en enquête qu’en sécurité routière. D’entrée de jeu, on observe que le crime n’a pas délaissé le cannabis au profit de la SQDC.

Ainsi, la Sûreté poursuit ses efforts dans la lutte contre la contrebande de cannabis, incluant la contrebande en ligne, dans le cadre du programme Actions concertées pour contrer les économies souterraines (ACCÈS) Cannabis.

À titre d’exemple, entre le 18 octobre 2018 et le 30 septembre 2019, la Sûreté a ouvert 1 409 dossiers relativement à des activités de production, d’approvisionnement et de distribution illégales de cannabis. Ces dossiers ont permis de réaliser 1 458 perquisitions et d’accuser 1 403 individus.

De plus, des opérations d’éradication extérieures se sont déroulées durant les mois d’août et de septembre 2019. Plusieurs heures de vol ont été réalisées à l’aide d’hélicoptères, dont ceux des Forces armées canadiennes, permettant la réalisation de 52 dossiers et la saisie de plus de 37 000 plants.

Saisies entre le 18 octobre 2018 et le 30 septembre 2019

  • Plants de cannabis et boutures : plus de 71 500 unités
  • Cannabis en vrac : plus de 161 000 g
  • Huile et résine de cannabis : plus de 15 800 g
  • Cannabis comestible : plus de 23 460 unités
  • Argent comptant : près de 180 000 $

Ces interventions policières ont été réalisées sur l’ensemble du territoire québécois, en collaboration avec les services policiers municipaux, la Gendarmerie royale du Canada, les Forces armées canadiennes, les organismes publics et le domaine juridique afin de cibler et démanteler les organisations de production de cannabis locales, régionales et provinciales.

SÉCURITÉ ROUTIÈRE

Afin d’assurer un déploiement efficace des ressources, plus de 60 agents évaluateurs en reconnaissance de drogues (AERD) sont répartis sur l’ensemble du territoire de la Sûreté.

De plus, 93 % des patrouilleurs de la Sûreté sont formés pour réaliser des épreuves de coordination des mouvements prévues au Code criminel et peuvent soumettre les conducteurs à une évaluation par un AERD ou à la prise d’un échantillon sanguin.

CONDUITE AVEC LES FACULTÉS AFFAIBLIES

Le nombre de dossiers AERD de tous les corps policiers transmis au Laboratoire de sciences judiciaires et médecine légale (LSJML) pour analyse est en croissance passant de 541 en 2015 à 795 dossiers en 2018. La projection pour 2019 est d’approximativement 1 300 dossiers. En 2018, le cannabis a été décelé dans 46 % de l’ensemble des cas analysés par le LSJML.

Le nombre d’évaluations effectuées par les AERD de la Sûreté est en croissance depuis la légalisation du cannabis. Depuis le 17 octobre 2018, plus de 421 évaluations ont été effectuées par les AERD de la Sûreté comparativement à 310 pour l’année précédant la légalisation du cannabis. Il s’agit d’une hausse de 35 %.

Depuis la légalisation, les AERD ont détecté à la suite de leurs évaluations la présence de cannabis dans l’organisme de 113 personnes interpellées pour conduite avec capacité affaiblie comparativement à 73 personnes dans l’année précédant le 17 octobre 2018. La Sûreté constate donc une hausse de 54 % des dossiers où l’AERD a émis une opinion de présence de cannabis. Il s’agit de l’une des drogues les plus souvent détectées sur le territoire de la Sûreté.

 

La Sûreté poursuit la formation d’AERD partout en province afin de répondre à la demande croissante.

 

La Sûreté du Québec rappelle que toute information sur la contrebande de tabac et de cannabis peut être communiquée, en tout temps et de façon confidentielle, à la Centrale de l’information criminelle au 1 800 659-4264.

Publicité


Publicité

Commentez cet article