Publicité

4 janvier 2022 - 15:37 | Mis à jour : 15:45

COVID-19 : la période d’isolement passera de 10 à 5 jours au Québec

Info Dimanche

Par Info Dimanche, [email protected]

Plusieurs nouvelles mesures en lien avec la pandémie de COVID-19 et la progression du variant Omicron au Québec ont été annoncées le 4 janvier par le gouvernement. La période d’isolement pour les personnes doublement vaccinées atteintes de la COVID-19 passera de 10 à 5 jours.

Cet isolement débutera à partir du moment de l’obtention d’un résultat positif à un test de dépistage rapide ou lors de l’apparition de symptômes compatible avec ceux du virus. La personne malade devra avoir passé une période de 24 heures sans avoir fait de fièvre et noter une régression de ses symptômes pour reprendre ses activités après ces cinq jours, tout en respectant le port du masque et la distanciation de deux mètres.

La durée de l’isolement a aussi été réduite dans les autres provinces canadiennes dernièrement. Les personnes n’ayant pas été adéquatement vaccinées devront quant à elles s’isoler pendant 10 jours. Pour le moment, la période d’isolement de 7 jours est maintenue pour les travailleurs de la santé qui sont directement en contact des personnes à risque.

L’accès aux tests PCR en cliniques de dépistage sera réservé aux milieux plus à risque comme les hôpitaux, les CHSLD, les lieux d’hébergement collectif et les refuges pour des personnes en précarité résidentielle. 

Voici les clientèles prioritaires fixées par le gouvernement : 

  • les personnes symptomatiques appartenant aux groupes suivants : patients hospitalisés, patients des services d’urgence, travailleurs de la santé en contact avec des patients, le personnel, les résidents, les fournisseurs de soins essentiels et les visiteurs dans les hôpitaux et les lieux d’hébergement collectif, les patients ambulatoires pour lesquels un traitement contre la COVID-19 est envisagé et les personnes sans abri ou en précarité résidentielle;
  • les personnes issues des communautés des Premières Nations, des Inuits et des Métis et les personnes se rendant dans ces communautés pour y travailler;
  • les personnes lors d’une admission ou d’un transfert vers ou depuis un hôpital ou un lieu d’hébergement collectif;
  • les contacts à haut risque et les personnes asymptomatiques ou symptomatiques dans le contexte d’éclosions confirmées ou suspectées dans des milieux à haut risque;
  • les personnes asymptomatiques en milieu hospitalier, dans les établissements de soins de longue durée et les lieux et établissements d’hébergement collectif, conformément aux orientations ou directives provinciales.
  • les personnes issues des communautés des Premières Nations, des Inuits et des Métis et les personnes se rendant dans ces communautés pour y travailler;
  • les personnes lors d’une admission ou d’un transfert vers ou depuis un hôpital ou un lieu d’hébergement collectif;
  • les contacts à haut risque et les personnes asymptomatiques ou symptomatiques dans le contexte d’éclosions confirmées ou suspectées dans des milieux à haut risque;
  • les personnes asymptomatiques en milieu hospitalier, dans les établissements de soins de longue durée et les lieux et établissements d’hébergement collectif, conformément aux orientations ou directives provinciales.

Les personnes présentant des symptômes compatibles avec ceux de la COVID-19 pourront avoir accès aux tests rapides dans les pharmacies. Si elles ne peuvent s’en procurer, elles seront considérées comme étant atteintes du virus et devront suivre les consignes d’isolement, précise la santé publique.

Les personnes ayant eu un contact à risque élevé, c’est-à-dire les personnes habitant le même domicile, les partenaires sexuels et les couples qui n’habitent pas ensemble, doivent s’isoler pendant cinq jours. Selon le ministère de la Santé et des Services sociaux, pour ce qui est des contacts modérés, soit de plus de 15 minutes sans masque, il faut surveiller les symptômes pendant 10 jours. Il n’est pas nécessaire de s’isoler pour les personnes doublement vaccinées, si elles portent un masque lorsqu’elles ont plus de 12 ans.

Publicité


Publicité

Commentez cet article