Publicité

28 décembre 2021 - 13:18 | Mis à jour : 29 décembre 2021 - 08:54

Deux nouvelles mesures pour éviter le débordement du système de santé

Info Dimanche

Par Info Dimanche, [email protected]

Toutes les réactions 1

Devant la «progression fulgurante» des cas de COVID-19 au cours des deux dernières semaines avec l'arrivée du variant Omicron, le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé a annoncé deux nouvelles mesures pour tenter de limiter les hospitalisations. Les travailleurs de la santé ayant reçu un résultat positif à la COVID-19 pourront continuer de travailler, sous certaines conditions. L'administration de la 3e dose sera également accélérée au Québec et elle sera ouverte à la population générale de 18 à 59 ans dès le 4 janvier. 

Québec rapporte aujourd'hui 12 833 nouveaux cas de COVID-19  et 15 nouveaux décès. Les hospitalisations sont en hausse de 88 et 702 personnes sont présentement hospitalisées, dont 115 aux soins intensifs.

En raison de l'introduction des tests de dépistage rapide, le ministre de la Santé et des Services sociaux indique que beaucoup plus de personnes pourraient être atteintes de la COVID-19 que celles qui apparaissent dans le bilan de la santé publique. Le nombre d'hospitalisations augmente, alors que de plus en plus de soignants doivent s'absenter. «La situation est tellement urgente et critique qu'on prend le moindre des deux maux [...] Sous certaines conditions, le personnel positif asymptomatique pourra continuer de travailler selon une liste de priorités et une gestion des risques. En ce moment, on doit prendre des mesures très concrètes et pratiques. C’est une gestion de risques et une question de balance des inconvénients», a annoncé Christian Dubé le 28 décembre lors d'un point de presse. 

La période d'isolement raccourcie pour les travailleurs de la santé positifs à la COVID-19 tiendra compte du type d'exposition, des résultats d'analyse de laboratoire ainsi que de leur statut vaccinal. D'après le ministère de la Santé, cette nouvelle directive s'appliquera en situation de risque de rupture de service dans les milieux de soins et de vie. Plus de détails seront fournis au cours des prochains jours. 

Environ 8 000 travailleurs sont absents du réseau de la santé en raison d'un résultat de test positif à la COVID-19. Christian Dubé ajoute qu'il préfère cette solution plutôt que de se rendre au dernier niveau de délestage, qui implique de donner seulement des soins critiques. Environ 98 % des travailleurs de la santé sont vaccinés avec deux doses. 

À la suite de cette annonce gouvernementale, les syndicats du secteur de la santé ont partagé de nombreuses inquiétudes concernant la levée des mesures d'isolement. Ils craignent une augmentation des risques de contamination et d'éclosions en milieux de soins. La Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec, tout comme la Fédération de la santé du Québec, déplorent un accès déficient à des masques N95 pour la protection des travailleurs. Elles demandent que le ministère de la Santé facilite le dépistage en milieu de travail et limite au strict minimum le déplacement du personnel. De son côté, la Fédération de la santé et des services sociaux estime que la priorité doit être de tout faire pour bien protéger le personnel.

ACCÉLÉRATION DE LA VACCINATION

À compter de demain, la vaccination de la 3e dose sera élargie à de nouveaux groupes. Les travailleurs de la santé du privé, des soins palliatifs, des entreprises d'économie sociale et d'aide domicile, le personnel en milieu scolaire, des organismes communautaire santé et services sociaux, de la sécurité publique, les inspecteurs du MAPAQ et le personnel des abattoirs en font partie. Cette vaccination était déjà ouverte aux éducatrices, aux premiers répondants et à toute une série de travailleurs. La campagne pour la vaccination de la population générale (18 à 59 ans) a été devancée au 4 janvier. Les rendez-vous seront ouverts par groupes d'âge graduellement jusqu'au 21 janvier. Le calendrier de vaccination sera publié prochainement. L'objectif est de vacciner avec une 3e dose l'entièreté de la population en mars. 

Christian Dubé a aussi lancé un message aux personnes qui refusent le vaccin contre la COVID-19. «Vous devez savoir que c’est beaucoup les non vaccinés qui se trouvent aux soins intensifs et qui luttent pour leur vie présentement. Même en survivant, il y a souvent des séquelles qui peuvent être graves et durer pour le restant de vos jours [...] Au cours des prochains mois, si la tendance des derniers jours se maintient, ou bien vous allez vous faire vacciner ou faire la maladie C’est mettre une pression inutile sur notre réseau de la santé. Vous pouvez aussi faire partie de la solution.»

Le ministre de la Santé et des Services sociaux a imploré la population à prendre des mesures pour limiter la contagion de la COVID-19, tout en ayant une pensée et du respect pour les infirmières, médecins, techniciens de laboratoire, préposées, inhalothérapeutes, pharmaciens, etc. Christian Dubé a ajouté que la meilleure façon de ne pas attraper ou transmettre le virus est de réduire les contacts au minimum. Le gouvernement du Québec n'exclut pas la mise en place d'autres mesures au cours des prochains jours. 

Publicité


Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • Qu'on soit vacciné ou pas, on l'attrape pareil. Je ne verrais pas pourquoi ceux qui travail dans la santé pourrais continuer a travaillé mais on doit limité nos déplacements pour pas l'avoir et si non 14 jours dans maison!!!! Sa comme pas d'allure votre affaire. Vous couper les écoles et donne 300$ au monde a rester chez eux mais avec le coûte de la vie on a juste asser pour manger et zéro pour payer nos choses. Même les enfants vacciné saint obligés de rester a maisons et les parents on pu le choix de rester eux aussi!!! Ils vont tous perdre réveiller vous

    Gauthier Delsia - 2021-12-28 17:58