Publicité

19 août 2020 - 09:47 | Mis à jour : 11:02

Une personne infectée par la COVID-19 a fréquenté le camp de jour de Rivière-du-Loup

François Drouin

Par François Drouin, journaliste

Twitter François Drouin

Le Centre intégré de santé et de services sociaux du Bas-Saint-Laurent (CISSS) a confirmé qu'une personne atteinte de la COVID-19 avait bel et bien fréquenté le camp de jour Saint-François de Rivière-du-Loup. Par mesure de confidentialité, le CISSS a refusé de préciser s'il s'agissait d'un enfant ou d'un moniteur.

«Hier (le mardi 18 aout), la Santé publique a amorcé son enquête épidémiologique et a contacté certains parents d'enfants et des moniteurs pour lesquels le risque est modéré. Ces enfants-là et des moniteurs ont été placés en isolement préventif et passeront un test de dépistage», souligne Ariane Doucet-Michaud, porte-parole pour le CISSS du Bas-Saint-Laurent.

Pour les autres parents d'enfants qui n'ont encore été contactés, on assure que le risque est considéré faible. Toutefois, ces derniers devraient néanmoins recevoir une communication dans laquelle ils sont enjoints à surveiller les symptômes liés à la COVID-19.

Au total, une vingtaine d'enfants et de moniteurs ont été placés en isolement. Les enfants proviennent de deux groupes qui ont été joints lors d'une activité du camp. Mme Doucet-Michaud admet que ce ne sont pas tous les moniteurs qui ont été rejoints.

Cette année, en raison de la pandémie liée au nouveau coronavirus, les camps de jour étaient divisés ainsi : celui du parc Cartier au Chalet des loisirs, le camp de jour Centre-Ville à l'École secondaire de Rivière-du-Loup, le camp de jour de Saint-François au Collège Notre-Dame et celui de Saint-Ludger à l'École La Croisée 1.

Selon le CISSS, il s'agit du premier cas (et du dernier cas) de contamination dans un camp de jour au Bas-Saint-Laurent.

RASSEMBLEMENTS PRIVÉS

Ariane Doucet-Michaud insiste sur l'importance de respecter les consignes d'hygiène et de sécurité lors de rassemblements privés et familiaux. À l'exception du cas de mercredi, tous les derniers cas survenus sur le territoire du Bas-Saint-Laurent sont liés à de tels rassemblements. 

«Quand on multiplie les contacts, il y a des effets collatéraux, c'est comme ça que fonctionne la COVID-19. On doit maintenir une distanciation, se limiter au moins de contacts possible et surtout, si on a une quelconque apparence de symptôme, on reste à la maison», ajoute la porte-parole.

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article