Publicité

13 juillet 2020 - 13:39 | Mis à jour : 16:36

Le masque obligatoire dans les commerces et les lieux publics fermés

François Drouin

Par François Drouin, journaliste

Twitter François Drouin
Toutes les réactions 6

Le lundi 13 juillet, le premier ministre du Québec, François Legault, a confirmé en point de presse qu'à compter du 18 juillet, le port du masque sera obligatoire dans les commerces et les lieux publics fermés. Les restaurants et les bars sont aussi visés.

Cette règle s'applique à toute personne âgée de plus de 12 ans.

Bien malgré eux, les commerçants sont mis à contribution puisque c’est vers ces derniers que Québec s’est tourné afin de faire respecter la nouvelle directive. Ce sont aussi eux qui s’exposeront à des amendes allant de 400 $ à 6 000 $ si les règles ne sont pas respectées à l’intérieur de leur établissement.

Conscient que porter un masque au restaurant semble discordant, le premier ministre a tenu préciser le comportement à adopter. «On porte un masque quand on est en mouvement. Une fois assis, qu’on est à deux mètres des autres personnes, on peut enlever son masque. Par contre, quand on se lève pour aller à la toilette ou quitter le restaurant, on va remettre son masque», a-t-il dit.

Ultimement, M. Legault a précisé que les consommateurs récalcitrants qui refuseront de porter un masque pourraient éventuellement aussi être directement visés par des amendes.

Ce dernier a souligné que les récentes études  démontraient que les risques de propagation étaient accrus dans les lieux fermés.

Pour justifier l'obligation du port du masque, le premier ministre Legault a soutenu que cette obligation était motivée afin d'éviter la propagation du virus à l’aube des vacances de la construction. «C’est pas mal mieux de porter un masque que de retourner en confinement», a-t-il lancé.

ACTION

Pour la directrice générale de la Chambre de commerce de la MRC de Rivière-du-Loup, Marie-Hélène Collin, Québec transfère injustement un fardeau sur les épaules déjà fragilisées des commerçants. «Je trouve ça dommage qu'après tant d'efforts, on leur demande d'en faire davantage. D'autant plus que c'est à eux de faire appliquer cette mesure alors qu'ils n'ont pas cette compétence-là.»

La directrice générale observe que plusieurs d'entre eux devront accorder des ressources supplémentaires afin de s'assurer que le port du masque est respecté. «Il y aura des clients récalcitrants. Appeler la police... ce sont des mesures coercitives qui sont énormes», laisse tomber Mme Collin.

Elle craint de voir les clients réfractaires au port du masque se tourner vers l'achat en ligne, aux dépens, encore une fois, des petits commerces de proximité.

Cette dernière admet toutefois que l'on observe un certain relâchement parmi la clientèle. «Il faut se protéger, c'est correct, on doit freiner la propagation du virus, mais on ne peut pas faire porter un tel fardeau sur les épaules des commerçants. Je comprends qu'il faut agir, mais cette mesure il faut que quelque chose vienne avec.»

Marie-Hélène Collin craint que ce soit les «messagers» qui seront pris à parti alors que plusieurs commerces de la région embauchent de jeunes adolescents de 14 et 15 ans. «Les messagers ce sont nos jeunes employés, ce sont des petits commerçants et ce sont eux qui vont payer la note parce qu'ils sont au front», se désole la dirigeante.

 

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

6 réactionsCommentaire(s)
  • Qu’auriez-vous fait de plus , Monsieur Blachon, chapeau à Monsieur Legault , au Dr Arruda et toute l’équipe. On sait bien, quand les idées ne viennent pas du P.Q. Cela vous paraît illogique, seriez-vous un peu Trumpiste, sur les bords!

    Louis kawi lapointe - 2020-07-17 19:55
  • @Mr Blachon
    Je pense que pour vous, il est plus facile de ''citer'' que de ''gérer''.

    René Lapointe - 2020-07-15 15:53
  • C'est Raymond Lévesque qui a écrit : ``Dans la grande chaine de la vie, pour qu.il y ait un meilleur temps, il faut toujours quelques perdants...de la sagesse ici-bas c'est le prix.``

    gilbert blachon - 2020-07-15 09:45
  • Je suis en faveur du port du masque et ce depuis le début. Mais j'essaie de me mettre à la place de ceux et celles qui vont en subir les conséquences, les commerçants et les clients. C'est facile de chialer contre une mesure comme celle-la. Maintenant va falloir la faire appliquer. Et ça va coûter cher à ceux et celles qui vont défier cette mesure. Assis dans le salon à faire le gérant d'estrade et a critiquer ceux et celles qui prennent les décisions c'est facile.

    René Lapointe - 2020-07-14 16:23
  • Pour répondre à l'inquiétude de Mme Collin, Rappelons lui les oppositions, il y a quelques années, à l'interdiction de fumer dans l'espace public...La situation aujourd'hui est pas mal similaire. Il faut simplement s'adapter à une nouvelle façon de faire. Comme l'a si bien dit Valérie Plante dans un commentaire plein de sagesse : ``J'aime mieux être trop tôt que regretter d'avoir agit trop tard. ``

    gilbert blachon - 2020-07-14 08:11
  • Enfin ! Voilà 16 semaines soit 4 mois que je me tue à expliquer à qui ne veut rien entendre que la distanciation de 2 Mètres n'est pas sécuritaire à cause des micro particules, dont le virus fait partie intégrante. Il a fallu que des grands spécialistes du monde entier se penchent sur le sujet pour que 249 d'entre eux fassent une sortie en règle. Mais malgré cela, Monsieur Legault continue à nous seriner son 2M. Il n'a toujours pas compris comment voyage ce virus aéroporté. Il prétend encore qu'on peut s'asseoir, à 2M, et être en sécurité. Quand donc le monde comprendra-t-il qu'il n'y a pas de barrière de distance pour le virus, mais seulement une barrière de durée de vie. Puisqu'il perd sa virulence après 8 à 30 minutes selon le lieu où il évolue, il peut alors parcourir une pièce au complet et même passer à travers des systèmes de ventilation.. Pourquoi Mr Legault fait-il croire aux gens que le virus meurt après un parcours de 2 M...Et pourquoi, dans d'autres pays c'est 1 mètre, et dans d'autres, c'est 4 M, ou 6 M. Réponse : C'est que le virus ne connait pas ses distances il ne décide pas de mourir après 2 M mais selon l'humidité de l'air ou des surfaces où il se trouve. Pourquoi n'écoute-t-on pas les spécialistes en Physique, en virologie, en médecine humanitaire, qui ont vécu ces épidémies et les connaissent mieux que ce Dr Arruda qui nous a dit au début, que le port du masque était dangereux. Quelle est la crédibilité de cet incompétent auprès d'une population à qui on dit blanc un jour et noir 4 mois plus tard ?

    gilbert blachon - 2020-07-13 17:30