Publicité

21 mai 2020 - 13:15 | Mis à jour : 22 mai 2020 - 11:27

Feu vert pour l’ouverture des camps de jour le 22 juin

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Le premier ministre du Québec, François Legault, a annoncé le 21 mai que les autorités de santé publique de la province ont donné leur accord pour ouvrir les camps de jour le 22 juin.

Des mesures seront proposées pour ces camps de jour afin de respecter les différentes consignes en vigueur, notamment la formation de groupes plus petits et la distanciation sociale. Le défi majeur sera désormais le recrutement de moniteurs et de monitrices pour aller travailler avec les enfants cet été. «Je fais un appel à tous les adolescents et les jeunes adultes qui auraient le gout de vivre une belle expérience et de travailler tout l’été avec des jeunes (…) Après plusieurs mois sans école, les enfants ont besoin de se voir entre eux et de bouger», a commenté le premier ministre François Legault.

Le directeur national de la santé publique, Dr Horacio Arruda veut s’assurer qu’il y ait moins de gros groupes dans les camps de jour. Les ratios pour les 3 à 4 ans seront de 1 moniteur pour 4 enfants, pour les 5 à 6 ans, de 1 pour 5, pour les 5 à 8 ans de 1 pour 7 et pour les plus vieux, de 1 pour 10. C’est d’ailleurs la même limite de 10 personnes qui a été annoncée hier par le gouvernement pour les rassemblements extérieurs. Cette mesure demandera presque le double de moniteurs à recruter dans les camps de jour d'ici un mois. 

«On regroupe une population de jeunes qui ne sont pas dans les groupes à risque. L’impact de la transmission serait minimal pour les individus. On sait qu’on va avoir de la circulation du virus», explique le Dr Arruda. Si c’est le cas, les animateurs ou les enfants feront l’objet d’investigations de la part des autorités de la santé publique. Selon lui, il fallait balancer l’impact chez les enfants de ne pas avoir de vie sociale ni de lieu pour socialiser. Les groupes seront plus petits cet été, ce qui permettra de diminuer la probabilité de transmission de la COVID-19 dans la communauté. 

Le gouvernement du Québec n'a pas exclu la possibilité de soutenir financièrement les municipalités pour permettre l'embauche de plus de moniteurs. Il doit aussi trouver le moyen d'attirer ceux qui seraient tentés plutôt de bénéficier de la Prestation canadienne d'urgence du gouvernement fédéral. «C’est possible que le gouvernement du Québec doive aider les municipalités pour s’assurer que tous les enfants qui veulent aller à un camp de jour puissent y aller. C’est regardé par la ministre des Affaires municipales avec l’ensemble des municipalités», ajoute le premier ministre du Québec.

DÉCONFINEMENT

Les autres étapes de déconfinement dépendront des efforts effectués par la population et du respect des normes de la santé publique qui sont en vigueur. Le tout doit se dérouler graduellement, avec une surveillance continue sur l’évolution du nombre de cas dans la province. 

«J’aimerais que les gens comprennent qu’on déconfine. On donne des prescriptions claires sur les méthodes à prendre. Les prochaines étapes vont être très dépendantes du succès de celles-ci (…) Je compare cette maladie à un cancer qui tue toute économie, c’est vraiment une maladie effroyable. Si on fait ces relâchements et qu’on s’aperçoit que parce que les gens n’ont pas respecté la prescription, on va être obligé de retourner au stade 0... C’est comme si le cancer, après avoir réussi à le contrôler un peu, on va lui redonner de la place», image le Dr Arruda.

Ce dernier a supplié les Québécois afin qu’ils respectent les consignes de la santé publique en travaillant «en équipe». Il craint notamment une deuxième vague de la COVID-19 au cours de l’été. «Le succès dépend de votre contact social, de la distanciation physique, du port du masque, du respect des consignes d’hygiène respiratoire, mais surtout, ne faites pas des choses clandestines qu’on va tous regretter», complète Dr Arruda.

Pour le moment, il est encore trop tôt selon M. Legault pour permettre l’ouverture des camps de vacances. Dans un communiqué transmis en après-midi jeudi, le gouvernement du Québec a annoncé que puisque les camps de vacances demandent l'application de mesures supplémentaires qui seraient «difficiles à respecter», l'ouverture de ce type de camps est remise à l'été 2021.

BILAN PROVINCIAL

Le nombre de décès a augmenté de 82 dans le bilan dressé par la Santé publique le 21 mai, portant le total à 3 800 et 25 d’entre eux dataient de plus de cinq jours. On a aussi observé une hausse de 720 cas confirmés depuis la veille portant le bilan à 45 495. Parmi eux, 13 300 personnes sont considérées comme guéries. Une baisse de 41 hospitalisations a été rapportée depuis hier, elles se chiffrent maintenant à 1 504. Aux soins intensifs, on note une diminution de 7 personnes, avec un total de 176.

Publicité


Publicité

Commentez cet article