Publicité

11 avril 2020 - 14:05 | Mis à jour : 14:45

«Ce n'est pas acceptable, la façon dont on traite nos aînés» - François Legault 

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin
Toutes les réactions 1

Les façons de faire dans les milieux de vie pour aînés seront revues une fois la crise sanitaire terminée, a promis le premier ministre François Legault, samedi. «Je ne suis pas fier de voir ce qui se passe [...] On va poser les actions nécessaires pour qu'à l'avenir, dans nos résidences, on s'occupe bien de notre monde», a-t-il lancé. 

M. Legault a fait cette déclaration en réaction à une «histoire d'horreur» survenue ces dernières semaines au CHSLD Herron de Dorval. Le gouvernement a dit avoir découvert vendredi soir que 31 résidants de cet établissement privé sont décédés depuis le 13 mars. Au moins cinq d'entre eux sont morts de la COVID-19. 

Une enquête policière est en cours et le CHSLD de Montréal a été placé sous tutelle. Le CIUSSS de l'Ouest-de-l'Île-de-Montréal a envoyé du personnel pour soigner les patients et prendre soins d'eux. 

«Il y a eu de la grosse négligence», a lancé le premier ministre. 

François Legault a qualifié la situation d'épouvantable. Il a ajouté que le gouvernement allait s'assurer «qu'on s'occupe bien de nos aînés» à l'avenir. Il a aussi dit que les 40 CHSLD privés non conventionnés seront visités dans les prochaines heures pour s'assurer «qu'il n'y a pas d'autre résidence Herron» au Québec.

«Ce n'est pas acceptable, la façon dont on traite nos aînés au Québec. Ça fait longtemps qu'on sait qu'il manque du personnel dans les CHSLD, que le personnel n'est pas assez bien payé, en particulier au privé. On a ajouté des ressources au cours de la dernière année, mais… Je ne suis pas fier de voir ce qui se passe dans nos CHSLD. Puis, évidemment, on va commencer par gérer la crise, mais quand [elle] va être sous contrôle, je veux qu'on revoie toutes nos façons de faire dans les résidences pour les personnes âgées. On doit ça à nos aînés, de s'occuper de les soigner avec dignité.»

«On va poser les actions nécessaires pour qu'à l'avenir dans nos résidences on s'occupe bien de notre monde. Vous savez qu'on a déjà ce projet de faire des maisons des aînés où il y a plus d'espace, où, au total, il y a moins de résidents, où il y a plus de personnel, du personnel mieux payé. Mais je veux juste donner ma parole aux Québécois, là, qu'il faut tous ensemble tirer des leçons sur la façon insuffisante dont on s'est occupé des aînés au cours des dernières années», a-t-il ajouté, visiblement touché par la situation. 

 

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • Pour illustrer le contraste qu’il peut exister dans le domaine des soins, mais aussi pour rendre honneur à ceux dont je cite l’exemple, voici deux cas qui tiennent du sacerdoce :
    En France, les CHSLD s’appellent des EHPAD (Etablissement d’hébergemnet pour les personnes agées et dépendantes). Ma mère y a passé les 8 dernières années de sa vie et y a été traitée aux petits soins. Ils varient de 60 à 300 pensionnaires et sont dirigées par un médecin assisté par 3 infirmières. Ma sœur a siégé sur le comité de surveillance de celui de ma mère.
    Les EHPAD de Corbas (près de Lyon) et de Mansle (au nord de Bordeaux) avec 108 et 54 résidents sont fermés sur le monde. Tout le personnel a décidé de sauver la vie des résidents et sont confinés de puis plus de 4 semaines comme dans un couvent. Personne ne sort ni entre sauf le matériel, la nourriture et les médicaments qui passent par un sas. Le personnel dont le médecin dorment dans une grande salle sur des matelas pneumatiques et vivent sur place pour la sauvegarde des résidents avec 2 kits de linge lavés chaque jour. Leur contact avec l’extérieur se fait par un robot-télé qui circule dans les chambres.
    Je crois qu’une telle générosité mérite qu’on y consacre quelques lignes, quand on sait qu’à Herron, les employés ont refusé de se présenter au travail.

    gilbert blachon - 2020-04-12 10:01