Publicité

30 mars 2020 - 10:05

Combattre l’isolement et l’anxiété des ainés et des personnes vulnérables

Plus de 45 000 appels préventifs réalisés au Bas-Saint-Laurent

Depuis maintenant 14 jours, le gouvernement québécois demande aux personnes âgées de 70 ans et plus, ainsi qu’aux personnes vivant avec des maladies chroniques de demeurer à la maison ou en résidence afin de se protéger de la COVID-19. Les visites des proches sont également interdites dans les résidences privées pour aînées et fortement déconseillées à domicile pour les prochaines semaines.

Dans ces conditions, la direction du programme de soutien à l’autonomie des personnes âgées (DPSAPA) du CISSS du Bas-Saint-Laurent a souhaité intervenir précocement afin de contrer les effets néfastes de l’isolement, de s’assurer de la compréhension des recommandations de la santé publique et d’assurer un réseau de services autour des aînés de 70 ans et plus le nécessitant.

«Il était important pour nous d’agir rapidement pour être présent auprès des usagers», précise Jean-Philippe Levasseur, coordonnateur des services non-institutionnels (Ouest).

Un service d’appels a donc été rapidement mis en place par les équipes du soutien à domicile en collaboration avec les médecins GMF ainsi que plusieurs équipes des autres directions du CISSS qui ont été solidaires à la cause.

Depuis le 16 mars, ce sont plus de 45 000 appels qui ont été faits par une cinquantaine de professionnels. L’objectif est de joindre 50 000 personnes dans une première vague. Par la suite, des appels de suivis seront effectués aux 3 semaines selon l’évolution de la situation.

Ces appels visent à :  

  • Rappeler les recommandations de la santé publique.
  • Prévenir des situations qui pourraient s’aggraver en lien avec l’isolement.
  • Répondre aux interrogations reliées aux réactions d’anxiété et de stress et référer aux besoins aux bonnes personnes.
  • Répondre aux questions plus précises sur la santé, sur le système de santé, sur l’ajustement temporaire de l’offre de services.
  • Orienter les usagers et faciliter l’accès aux services dans le contexte de la pandémie.
  • Prendre soin des aînés en répondant à leurs besoins grâce à l’équipe du soutien à domicile et aux partenaires communautaires (suivi infirmier, enjeu psychosocial, organisation de l’épicerie, etc.).

La DPSAPA considère que l’expérience a déjà permis de faire des gains positifs pour assurer la sécurité de la clientèle et pour la rassurer dans cette situation de pandémie mondiale. Elle rappelle qu’il est important d’appeler ses proches en ce temps de pandémie et d’isolement. Tous ont un rôle à jouer. 

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article