Publicité

Dans l'objectif de François Drouin

23 octobre 2017 - 17:16

Des X et des Y

La fable des X et des Y, c’est un maire qui cible un conseiller sans jamais le nommer. C’est ce même conseiller qui dévoile le coulage d’un journaliste qu'il n'identifie pas contre une source, le maire en l'occurence. C’est ce journaliste qui trahit la confiance d’une source sans toutefois s’identifier pour expliquer ses motivations. Le maire ne nommant pas le conseiller, le conseiller ne nommant pas le journaliste, les noms ont été remplacés pour illustrer l'incongruité de la situation. Attention, lecture difficile.

AJOUT : Mercredi 25 octobre, deux jours après la publication de ce billet, un conseiller (qui n’est pas le Conseiller W) m’appelle pour m’expliquer que ces «preuves-là», il les a en sa possession depuis le 17 décembre 2015. La sortie de ces captures d’écran est en réaction à l’attaque du maire sur l’éthique des membres du conseil lors du débat de CIEL-FM. Vlan dans les dents M. le maire! Soyons clair, un magistrat qui utilise un média pour avoir la tête, disons d’un directeur-général d’un organisme, est en soit un scandale qui mérite d’être vivement dénoncé. Vraiment. N’empêche, couler une source, quand tu es journaliste… pour moi, c’est non. Quand même bien le conseiller est insistant, voie harcelant.

C’est l’histoire du Maire X et du Journaliste Y. Le maire X coule de l’information à Y. Pourquoi ? J’ai ma petite idée, mais j’attends toujours une réponse officielle. Pour Y, c’est son job. Même s’il doit se réjouir de ses primeurs, le journaliste effectue des captures d’écran de ses discussions. L’archivage a son importance en journalisme et ce n'est en rien d'exceptionnel.

Pendant ce temps, à l’hôtel de ville, le maire fait face à un conseil divisé et à des médias insistants. Les années passent dans un climat tendu. Nous revoici en élection municipale et Maire X est à nouveau candidat. Il est attendu de pied ferme. Il fait face à deux opposants, dont possiblement l’une des cibles de son coulage, candidat V et à Conseillère Z, devenue Candidate Z.

Le mandat du maire a été marqué par de nombreuses maladresses et sa campagne ne fait pas exception. Lors d’un débat organisé et radiodiffusé sur les ondes de CIEL-FM, X a dénoncé le manque d’éthique de certains conseillers tout en prenant soin de ne viser personne. Ce faisant, il a ciblé, voire incriminé, tous les conseillers. Maladroit je vous dis. Un premier élu par acclamation a réagi, puis Z et enfin, Conseiller W aussi candidat à sa propre succession et sans doute son plus farouche opposant. Plusieurs croient que c'est W qui est visé par X.

Conseiller W a lancé une fronde au Maire X. Prouve-le ou tais-toi. Et tant qu’à y être, prouve-nous donc que toi, tu es sans reproche.*

W a donc sorti son joker. On l’a vu la semaine dernière, W avait la preuve du coulage entre Maire X et Journaliste Y. Le conseiller a même des extraits de ces conversations. On peut y lire, entre autres, que X trouvait alors qu’on ne le maquillait pas suffisamment, il sentait la chaleur à l'hôtel de ville. Une belle job pour un premier magistrat. Vrai qu’ici de NOMBREUSES questions sur l’éthique se posent. Surtout que certains dossiers concernaient des organismes non municipaux, dont l’ÉMAC.

Mais je me questionne, ils lui sont parvenus comment ces extraits à W? C’est Journaliste Y qui les lui a montrés ? Journaliste Y les a «échappés» ?

Y a-t-il un journaliste dans la salle qui a délibérément coulé sa source ? A-t-il mordu la main qui n’était plus nourricière ?

Un chef pompier m’a déjà dit pour justifier sa crainte des journalistes : «Les médias, c’est comme une ex-femme, tu ne sais jamais quand ça va te mordre.» Je m’étais senti insulté, sans compter que je trouvais ça réducteur pour les ex-femmes de ce monde. À l'exception des ex, Y vient de lui donner raison.

Larguer une source parce qu’elle n’est pas fiable, je peux comprendre, mais couler une source… J’ai mal à mon journalisme. Ou alors Y n’est pas journaliste ! Je ne suis pas Sherlock Holmes. Je n’ai pas mis la main sur les captures d’écran, on ne me les a pas envoyées. Mais je suis agacé, tant par le coulage de Gaétan Gamache que par celui de son interlocuteur qui vient s'immiscer dans la campagne. Si Y est vraiment journaliste, Y n’est pas éthique.

Le coulage d'information par des sources fait partie de la vie du journaliste. Mais le backlash qui vient dans le présent cas sent mauvais. La confidentialité d'une source est l'une des pierres d'assises de notre métier.

*Reformulation personnelle du blogueur.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides: