Publicité
13 mai 2018 - 07:33

Une saison de confiance pour Alex Belzile

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin

Pour la première fois de sa carrière, le joueur de hockey Alex Belzile n’a pas disputé un seul match dans la ECHL au cours des derniers mois. Une opportunité qu’il a saisie (et méritée) avec brio, puisqu’il en a profité pour connaitre la meilleure saison de sa carrière dans la Ligue américaine de hockey. Au-delà des points, l’athlète de Saint-Éloi s’est établi comme un joueur travaillant et utile dans différentes situations. 

Le Rampage de San Antonio ne s’est ainsi peut-être pas qualifié pour la danse du printemps, mais la saison n’a pas été un échec pour autant pour Belzile. Sur un plan personnel, celle-ci a plutôt été des plus valorisantes et intéressantes. 

«Si tu m’avais dit que j’allais connaitre une saison comme celle-ci l’été dernier, je ne t’aurais peut-être pas cru, mais ça s’est passé et ç’a été bon sur la confiance», lance-t-il avec le sourire. «Je voulais prouver que j’appartenais à la LAH. J’ai fait ma part, dans la East Coast, j’ai gagné 2 championnats là-bas. Je pense que j’ai montré que j’ai ma place dans la Ligue américaine, que je peux être dominant et amener beaucoup à l’équipe.»

OPPORTUNITÉS

Après avoir signé un contrat à un volet l’été dernier, l’athlète de 26 ans a entamé le calendrier régulier dans les estrades, ne jouant que 3 des 10 premiers matchs. La situation était particulière, puisque le Rampage de San Antonio accueillait des joueurs de l’Avalanche du Colorado et des Blues de St. Louis, donc beaucoup d’athlètes, en raison de l’arrivée de Vegas dans la Ligue nationale. La situation sera néanmoins corrigée la saison prochaine. «Éric [Veilleux], l’entraineur-chef, me disait d’avoir confiance, que ma chance viendrait. Quand elle s’est finalement présentée, je l’ai prise», raconte le fougueux joueur de centre. 

Alex Belzile n’a ensuite manqué que cinq matchs pour cause d’une blessure mineure. Il a conclu la saison avec 34 points, dont 14 buts, en 61 matchs, sa meilleure récolte dans cette ligue. Une saison presque identique à celle qu’avait connue Gabriel Bourque l’an dernier avant de joueur 58 matchs dans la LNH cette année.

«C’est ça le hockey, il faut que tu sois opportuniste quand tu as des chances. Il ne faut pas que tu aies peur de faire des erreurs, il faut que tu joues ton style. Je pense que c’est mon gros changement cette année, j’ai joué mon vrai style, en confiance.»

SANS CONTRAT 

Présentement, Belzile se retrouve dans une situation fort similaire à celle qu’il a vécu l’an dernier. Son contrat d’une saison prendra fin et il pourrait devenir joueur autonome. Malgré tout, il ne s’en fait pas. Sa relation avec l’organisation est bonne et même si le contrat de l’entraineur Éric Veilleux n’a pas été renouvelé, il s’attend à recevoir des nouvelles à la fin juin. Il pourrait alors signer avec les Eagles du Colorado qui joindront la LAH comme club-école, à temps plein, de l’Avalanche. 

«Techniquement, avec la saison que j’ai eue, je devrais avoir un meilleur contrat, et qui sait, peut-être un deux volets avec la Ligue nationale. Je devrais en savoir plus dans quelques semaines  (…) J’aimerais beaucoup être de retour avec les Eagles, avec qui j’ai remporté deux Coupe Kelly dans la ECHL.»

CONTRE LA MONTRE? 

Certains diront qu’à 26 ans (27 en août), Alex Belzile est déjà un vétéran des ligues mineures avant même d’avoir joué un premier match dans la grande ligue. Mais pour le principal intéressé, la course contre la montre n’existe pas. 

«Chaque année ma progression va de l’avant, alors ça prouve que je n’ai pas plafonné. Mon jeu va au-delà des points maintenant. J’ai beaucoup évolué et je suis confiant que je vais connaitre encore une meilleure saison l’an prochain. Je sais que j’ai un développement tardif, je crois en mon processus», dit-il. 

C’est pour ça qu’il ne perd pas de temps à se comparer aux autres, des joueurs plus jeunes notamment, qui percent la Ligue nationale. «C’est facile de se comparer dans le monde du hockey, mais je me concentre sur ma progression.  J’ai un parcours peu commun (…) Aujourd’hui, je peux m’adapter aux quatre lignes et avoir une contribution à plusieurs niveaux. Des gars comme Patrice Bergeron réussissent à accomplir des choses que les gens ne remarquent nécessairement pas, mais qui font de lui un meilleur joueur de hockey. C’est ce que j’essaie d’accomplir.»

Alex Belzile passera quelque temps à Saint-Éloi avec parents et amis. Il en profitera d’ailleurs pour préparer la 2e édition de son tournoi de balle donnée prévue fin juin, début juillet. L’évènement avait été grandiose l’été dernier. Après quelques semaines de repos bien mérité, il retournera à l’entrainement en vue de la prochaine saison. 

 

Publicité

Commentez cet article