Publicité
19 août 2017 - 09:36

Les Braves à un match de la finale

Une victoire de 5-1 des Braves du Témiscouata à Trois-Pistoles vendredi soir fait en sorte que les champions défendant de la Coupe Verret-Couture feront face à l’élimination dès lundi soir alors que sera présenté le 6e match de la demi-finale 4 de 7, les Braves menant 3-2 dans cette série qui se poursuivra chez-eux. Le Construction Michaël Bérubé voudra forcer la présentation du 7e et décisif match mercredi soir sur son terrain.

Les Braves n’ont en fait eu besoin que de deux frappeurs pour mettre les chances de leur côté. Michel Bérubé a frappé un coup sûr pour ouvrir le match et le 2e frappeur de la rencontre, Dany Paradis-Giroux, a claqué un circuit par-dessus la clôture du champ droit pour donner les devants 2-0. Jamais les Braves n’ont regardé en arrière par la suite.

Ce circuit de deux points a donné à Félix Castonguay, toute la latitude voulue pour contrôler l’attaque des locaux qui, limités à 6 coups sûrs, n’ont marqué qu’un seul point, en 6e manche, laissant 7 coureurs sur les buts dont 6 dans les trois dernières manches. Ce manque d’opportunisme contraste avec d’autres matchs de cette série, notamment deux matchs totalisant 24 points.

Une foule de plus de 200 personnes a vu Félix Castonguay être excellent au monticule pour les gagnants en lançant un match complet tout en éparpillant six coups sûrs dont trois en sixième manche lors du seul point des locaux. Il a aussi renvoyé huit frappeurs à l’abri après une troisième prise. Les Braves ont donné le coup de grâce en cinquième manche lorsqu’ils ajouté leurs deux derniers points au tableau sur quatre coups sûrs. Jimmy Durette n’a pas été mauvais non plus au monticule, lançant aussi un match complet et retirant 5 frappeurs sur des prises.

Au bâton pour Témiscouata, Dany Paradis-Giroux a trois coups sûrs en quatre présences, un circuit et 2 points produits, tandis que Michel Bérubé a trois coups sûrs en quatre présences. Pour Trois-Pistoles, Maxime St-Gelais a deux coups sûrs en quatre présences.

Publicité

Commentez cet article