Publicité
24 avril 2017 - 06:43 | Mis à jour : 25 avril 2017 - 08:45

Des Gants de bronze...en or!

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin

Après avoir émerveillé l’élite de la boxe olympique québécoise en 2015, l’EBO RDL a récidivé, ce week-end, dans le cadre des Gants de bronze disputés à l’Hôtel Universel de Rivière-du-Loup. Les commentaires des amateurs, des clubs de boxe et de la Fédération québécoise sont unanimes : ils ont vécu un championnat sans faute, exceptionnel et à la hauteur des attentes.

La tâche s’avérait immense... Comment répéter la perfection? Pourtant, c’est bel et bien ce qui a été accompli ces derniers jours, malgré la grandeur de l’évènement. Les Gants de bronze, qui s’adressent aux boxeurs novices de 5 combats et moins, ont présenté plus de 150 combats endiablés.

À cet égard, la Fédération québécoise de boxe olympique (Boxe Québec) n’a pas caché son enthousiasme. Le professionnalisme louperivois, maintenant reconnu partout en province, a de nouveau été au rendez-vous.

«Ç’a été une grande fête de la boxe pour les 10 ans des Gants de bronze. J’ai rencontré des gens des quatre coins du Québec et ils étaient tous vraiment emballés. C’était un grand évènement et nous sommes très heureux», s’est exclamé le directeur général de la Fédération, Kenneth Piché.

SPECTACLE

Si l’encadrement a été parfait, les prestations sur le ring, tant celles des boxeurs locaux que des autres clubs, sont aussi dignes de mention. L’École de boxe olympique de Rivière-du-Loup a notamment mis la main sur la bannière du club ayant remporté le plus de victoires avec 11. Ils ont offert tout un spectacle.

«C’est une grande récompense et de la gagner chez nous, c’est spécial», a admis Mathieu Lavoie-Dion, les yeux brillants. «Les athlètes ont tous été formidables. Ils nous rendent fiers.»

Il faut dire que l’environnement dans lequel était organisé le championnat n’a pas non plus manqué de réjouir les invités, tout comme les amateurs. Nombreux tout au long de la fin de semaine, ces derniers ont d’ailleurs chaudement encouragé les athlètes durant les trois jours de compétition.

À ce titre, les cris d’encouragement lancés aux boxeurs de l’EBO RDL ont été remarqués. «C’était incroyable. L’adrénaline était vraiment au rendez-vous… même pour les entraineurs!», a raconté, sourire aux lèvres, l’entraineur Lavoie-Dion, avouant n’avoir pas beaucoup dormi.

NOTE DE 11/10

En 2015, la présidente du conseil d’administration de la Fédération, Diane Béchard, avait donné une note de 10 sur 10 à l’organisation louperivoise. «Cette fois, c’est 11 sur 10», a-t-elle lancé sans hésitation. «C’était une fin de semaine fantastique. Les boxeurs adorent venir ici, dans ces installations. Boxe Québec est très fière.»

Le succès de la boxe à Rivière-du-Loup ne vient pas par magie, selon elle. «Mathieu et Marie-Claude méritent leur succès. Ce sont des gens passionnés et compétents; ils forment une équipe du tonnerre.»

EBO RDL

Une fois le championnat terminé, dimanche après-midi, Mathieu Lavoie-Dion était rempli de fierté, mais il avait également un pincement au cœur. «C’est un marathon, je suis heureux de l’avoir fait, mais en même temps, je suis déçu que ça se termine (…) L’ambiance, la foule, les combats, c’était exceptionnel. C’est pour ça que nous sommes aussi passionnés. Cette fin de semaine est une très belle réussite, je pense qu’on peut maintenant considérer Rivière-du-Loup comme une ville de boxe.»

Sa conjointe et co-organisatrice, Marie-Claude Poirier, allait dans le même sens. «On ne connait pas encore les chiffres officiels, mais c'est que du positif. Les commentaires reçus jusqu'à maintenant sont super, tant de la Fédération que du public.»

MÉDAILLES

Au total, les boxeurs de l’EBO RDL ont gagné 6 médailles d’or grâce à Stéphanie Lévesque, Daphné Dumont, Angélie Ouellet, Jordan Perry et les frères William et Antoine Caillouette, ainsi que 3 médailles d’argent par Véronique Gallant, Sébastien Briand et Mélina Laplante. Que de grandes performances.

Parmi les combats qui ont marqué l’esprit, notons celui d’Angélie Ouellet, 16 ans, qui a montré à plusieurs centaines de personnes tout le cœur qu’elle possède. Son combat en finale a été digne d’une véritable bataille de rue où les coups ont été nombreux. Le visage tuméfié, la jeune femme n’a jamais reculé, échangeant coup pour coup avec rage et détermination. Une médaille d’or qui en a ému plusieurs.

STÉPHANIE LÉVESQUE

Samedi après-midi, Stéphanie Lévesque n’a pas manqué de se faire remarquer en remportant son seul combat du week-end. «C’était une performance parfaite, je ne pouvais pas espérer mieux. Elle a été décisive, convaincante», a partagé son entraineur. 

SÉBASTIEN BRIAND

Au terme de son unique combat, dans une lutte très serrée, le policier de 41 ans a finalement mis la main sur une médaille d’argent. «Ça s’est joué de peu. On a décidé d’y aller le tout pour le tout au 3e round, mais je crois que la différence de poids a penché en sa défaveur. Sébastien a très bien fait.»

VÉRONIQUE GALLANT

À son troisième combat de la fin de semaine, le plus haut nombre pour les boxeurs louperivois, Véronique Gallant s’est inclinée en finale. Elle n’a toutefois pas laissé sa place. «Véronique s’est retrouvée contre une fille puissante qui avait plusieurs années de boxe, mais elle été forte mentalement, super mature. Elle a très bien boxé, c’est une défaite honorable.»

DAPHNÉ DUMONT

De son côté, Daphné Dumont a gravi les marches jusqu’à la plus haute. Elle a gagné ses deux combats. «Elle a vraiment été bonne. Elle a appliqué le plan de match à la perfection, ç’a été sans équivoque», a décrit Mathieu Lavoie-Dion. 

MÉLINA LAPLANTE

Fonceuse, Mélina Laplante a tout donné dans son combat, samedi. C’était un défi particulier, puisqu’elle combattait dans une catégorie supérieure. «Elle a été très bonne, elle s’est bien battue. Là aussi, c’était un combat serré où l’on croyait avoir le dernier mot.»

JORDAN PERRY

Dans le cas de Jordan Perry, il ne s’est peut-être battu qu’une seule fois, mais il a fait sa marque. «Je ne m’attendais pas à autant de conviction de sa part. Je savais qu’il était puissant, mais il a montré énormément de caractère.»

WILLIAM ET ANTOINE CAILLOUETTE

Enfin, Mathieu Lavoie-Dion n’avait que de bons mots pour les jeunes frères Caillouette, tous les deux champions des Gants de bronze. «C’est tellement de la belle relève. Ils étaient émotifs et ils ont très bien gagné leur combat.»

Si l’émotion des Gants de bronze retombe tranquillement, Mathieu Lavoie-Dion n’aura pas trop le temps de se reposer, puisque c’est ce mardi que débutent les Championnats canadiens de boxe olympique, à Québec. L’EBO RDL y sera représentée par deux beaux espoirs : Fay Chabot et Bryan Nadeau-Ouellet. 

Collaboration : François Drouin

 

Publicité

Commentez cet article