Publicité
18 mars 2016 - 14:54 | Mis à jour : 19 mars 2016 - 08:58

Yvan L’Heureux partira à la conquête des Pyrénées

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin
Toutes les réactions 1

Rivière-du-Loup – Après avoir parcouru l’été dernier le GR20, le mythique sentier de randonnée qui traverse la Corse, le Louperivois Yvan L’Heureux s’attaque en 2016 à un défi encore plus grand, bien plus grand. Du 19 juillet au 4 août, le coureur participera à la TransPyrenea, une épreuve de 15 jours, 898 km et plus de 55 000 mètres de dénivelé positif.

« C’est un projet déjanté, c’est vrai. Je le fais d’abord pour décrocher de tout ici et pour poursuivre cette idée d’aller toujours un peu plus loin », a commenté M. L’Heureux, lorsque rejoint le 16 mars en soirée.  

Le départ de cette aventure hors normes se fera à Le Perthus, petit village français du côté de la mer Méditerranée. Quinze jours plus tard, le fil d’arrivée sera traversé à Hendaye, près de l’océan Atlantique. En gros, du point A au point B, le parcours longe toute la frontière entre la France et l’Espagne et les participants feront face à des changements de températures très importants tout au long du parcours.     

« C’est certain que j’y vais pour me rendre jusqu'au bout. Nous serons 300 de 40 pays au départ, mais j’estime que nous serons environ 30 % à terminer. Ce sera très difficile, mais ce sera également une super expérience humaine », ajoute M. L’Heureux, qui devra parcourir en moyenne 60 kilomètres par jour dans des conditions de sentier souvent loin d’être idéales. 

AUTONOMIE

Comme si ce n’était déjà pas assez difficile, les participants seront également autonomes pour leur nourriture et leur logis, mais ils auront droit à un ravitaillement à quelques occasions. Yvan L’Heureux compte garder les choses les plus minimales pour que son sac soit le plus léger possible. Ses repas seront élaborés de produits secs et déshydratés qu’il consommera avec de l’eau des ruisseaux. Il dormira aussi sur un tout petit matelas à la lueur des étoiles. 

«Il faut user de stratégies pour économiser de l’espace. Je vais par exemple apporter que la partie "brosse" d’une brosse à dents et la pâte sera déshydratée. Je vais aussi démonter mon couteau suisse pour ne garder que la lame, me faire des babouches avec des semelles de souliers et un élastique, etc. Tout est doit être calculé», explique-t-il. 

Tout comme c’est le cas avec le Défi Everest St-Pierre, qu’il organise pour une 4e fois cette année, Yvan L’Heureux souhaite inciter les gens à faire de l’activité physique. « Peu importe votre rythme et vos capacités, l’important c’est de bouger », rappelle-t-il. 

La TransPyrenea est l’idée d’un Français du nom de Cyril Fondeville. Cette épreuve, impossible à qualifier en raison de ses particularités uniques, pique actuellement la curiosité des coureurs du monde entier.

 

Publicité