Publicité
20 juin 2016 - 14:03 | Mis à jour : 14:21

Don de sang : période d’exclusion sera écourtée pour les gais

Toutes les réactions 2

Santé Canada répond favorablement aux demandes d'Héma-Québec et de la Société canadienne du sang et réduit la période d'exclusion temporaire au don de sang pour tout homme ayant eu une relation sexuelle avec un homme (HARSAH). D'ici quelques semaines, l'exclusion de 5 ans sera portée à 12 mois après la dernière relation sexuelle. 

Cette modification s'appliquera tant au Québec que dans les autres provinces canadiennes. 

Depuis le 22 juillet 2013, la question suivante est posée aux hommes qui souhaitent faire un don de sang : « Au cours des 5 dernières années, avez-vous eu une relation sexuelle avec un homme, même une seule fois? » Les hommes qui répondent oui à cette question sont exclus du don de sang pour les 5 ans suivant la dernière relation sexuelle. Rappelons que cette interdiction de 5 ans fait elle-même suite à une révision du critère qui prévoyait antérieurement une exclusion permanente. 

« La démonstration est faite que l'implantation d'une exclusion temporaire à 5 ans en 2013 n'a eu aucune incidence sur la sécurité du système transfusionnel. Les données récentes en matière de sécurité transfusionnelle permettent aujourd'hui de revoir la politique d'interdiction appliquée aux hommes ayant eu une relation sexuelle avec un autre homme. Un tel changement est scientifiquement justifié et ne mettra aucunement en péril le très haut niveau de sécurité des produits sanguins », indique Dr Marc Germain, vice-président aux affaires médicales à Héma-Québec. 

La modification annoncée repose sur une analyse révélant qu'il n'y aura aucun risque accru sur la sécurité des produits sanguins destinés à la transfusion. La possibilité de transmission du VIH par transfusion est actuellement extrêmement faible, soit de l'ordre de 1 sur 30 millions au Québec et la modification annoncée maintient cette probabilité.

La modification du critère approuvée par Santé Canada sera implantée le 15 août 2016 pour l'ensemble des activités de collecte de sang. Ce délai est nécessaire pour permettre aux fournisseurs de produits sanguins d'adapter les différentes mesures en place déterminant l'admissibilité au don de sang. 

MAINTIEN D’UNE EXCLUSION

Héma-Québec accorde la priorité tant à la sécurité du donneur qu'à celle du receveur. Ainsi, certaines personnes peuvent être interdites temporairement ou de façon permanente du processus pour différentes raisons. 

À l'instar de la très grande majorité des experts en sécurité transfusionnelle, Héma-Québec considère qu'il est légitime et nécessaire d'interdire le don de sang chez certains groupes à risque pour les infections transmissibles par la transfusion. 

La fréquence d'infection au VIH demeure aujourd'hui beaucoup plus élevée chez les hommes ayant eu des relations sexuelles avec d'autres hommes. La prévalence du VIH se situe à plus de 10 % chez ce groupe par rapport à moins de 1 % chez les hétérosexuels ou les lesbiennes.

 

Publicité