Publicité
3 avril 2017 - 12:51 | Mis à jour : 4 avril 2017 - 10:27

Effondrement de l'aréna à Cabano

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin
Toutes les réactions 4

Le toit de l’aréna Phil-Latulippe du quartier Cabano de Témiscouata-sur-le-Lac a été littéralement soufflé à la suite d’un effondrement, vers 12 h 30, ce lundi 3 avril. Les mesures d’urgence ont été rapidement enclenchées.

Les pompiers, les paramédics, les policiers et même des représentants du CISSS se sont vite présentés sur les lieux. Au moment de compléter ces lignes, mardi, l’information est toujours qu’aucune personne ne se trouvait à l’intérieur lors de l’affaissement.

«C’était notre première préoccupation. Tout a été mis en place pour s’assurer de la santé de tout le monde. Actuellement, des décomptes ont été faits et on présume que c’est le cas. On a été bénis», a déclaré le conseiller municipal et promaire, Benoit Racine, en point de presse.

«C’est certain que des vérifications sont faites présentement par les pompiers. Une recherche approfondie sera effectuée afin de s’assurer que personne n’est entré pour une raison quelconque dans l’aréna juste avant son effondrement. Il faut en être certain», a ajouté la directrice générale, Chantal-Karen Caron, prudente.

CIRCONSTANCES

Les services d’urgence ont été appelés par des employés de l’École secondaire de Cabano, située tout juste à côté de l’aréna. Une employée a raconté avoir soudainement vu une colonne de fumée et de grands nuages de laine minérale s’échapper des lieux pendant son heure de diner. Elle a tout de suite composé le 911.

L’hypothèse adoptée par la Ville de Témiscouata-sur-le-Lac et son service de sécurité incendie est simplement celle de l’effondrement de la structure. Tout le secteur de la glace est une perte totale. Seul le bâtiment connexe, qui abritait les chambres notamment, est resté debout, intact. Une enquête est en cours afin de faire la lumière sur les évènements.

«On a beaucoup parlé d’explosion quand c’est survenu, mais ce n’est pas encore confirmé. Pour le moment, on croit que l’effondrement a créé un important déplacement d’air. C’est ce qui aurait causé un bruit d’explosion. Ce serait aussi ce qui explique pourquoi l’on retrouve des débris à plusieurs centaines de mètres des lieux», a expliqué le directeur du service incendie, Gérald Dubé.

Notons également que l’affaissement a causé un incendie dans la chambre électrique située à l’arrière du centre. Des fils électriques se seraient rompus. C’est ce brasier qui était à l’origine de l’importante colonne de fumée que l’on pouvait apercevoir d’un peu partout dans le secteur. Selon M. Dubé, on ne retrouvait pas de matières dangereuses à l’intérieur de l’aréna, à l’exception de la bonbonne de propane sur la zamboni.

«ON A ÉTÉ TRÈS CHANCEUX»

L’aréna étant un lieu public, c’est une grande chance qu’aucun groupe d’étudiant ne s’y trouvait en activité, ont rappelé les autorités. «Je peux vous dire une chose, on a été très chanceux. Il y a toute une vie qui s’y déroule quotidiennement. Dès 13 h, des jeunes de l’école devaient s’y présenter dans le cadre de leur programme sport-études en ballon sur glace», a précisé Mme Caron. «Nous étions à quelques minutes seulement d’une terrible catastrophe.»

Selon les informations fournies, trois jeunes auraient été présents dans le secteur des chambres juste avant l’incident. Ils ont été pris en charge par les paramédics, mais ils n’auraient pas été blessés. L’un d’entre eux aurait cependant subi un choc nerveux.

DÉNEIGEMENT

Selon Chantal-Karen Caron, la toiture du Centre sportif Phil-Latulippe avait été déneigée à la fin du mois de janvier et une équipe s’assurait du suivi. «Tout de même, l’effondrement a eu lieu et la Ville veut avoir des réponses, c’est important», a-t-elle martelé en point de presse.

Le bâtiment, construit en 1988, avait une structure de métal et personne «n’avait aucune raison de croire qu’il avait une problématique particulière». «On a été surpris. On se disait souvent que la structure était encore assez jeune. Aucuns travaux n’étaient d’ailleurs prévus à cet endroit. On s’en faisait plus pour notre autre aréna», a ajouté la directrice générale, faisant référence à l’Aréna Jacques-Dubé.

AIDE PSYCHOLOGIQUE

Par mesure préventive, le salon de quilles, le CLSC et la polyvalente situés à proximité ont été évacués rapidement. Le CLSC de Cabano a été fermé pour tout l’après-midi, mais les services étaient de nouveau offerts dès le lendemain, aux heures habituelles.
Les services psycho-sociaux ont été déployés par le CISSS du Bas-Saint-Laurent, notamment a l’école secondaire. Des intervenantes étaient aussi à l’hôtel de ville pour rencontrer les personnes qui en sentaient le besoin. Il est d’ailleurs toujours possible de recevoir de l’aide en composant le 811, option 2 ou par le Guichet d’accès de l’Hôpital Notre-Dame-du-Lac au 418-899-2424.

Collaboration : François Drouin

 

Des débris ont été projetés sur plusieurs centaines de mètres. Plusieurs véhicules se trouvant dans le stationnement de l'école secondaire ont été endommagés.

Photo : Marc-Antoine Paquin

 

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

4 réactionsCommentaire(s)
  • À regarder les quelques photos, on voit qu'il y avait un peu (un peu!) de neige, me semble que ça serait étonnant que ça soit la cause... Déflagration??? En conférence de presse, M. le pompier parle qu'il y avait seulement du propane sur place, sur la surfaceuse, et que cette bombonne serait intacte.... bizarre comme évènement... une chance qu'il y avait personne!!!

    passepoil - 2017-04-03 17:19
  • Quelle catastrophe! Comment expliquer ça?

    Richard - 2017-04-03 16:21
  • nous même moi et mon conjoint étions a diner au Mikes a côté et ont a été témoin de l'explosion c'est très impressionnant

    Rolande - 2017-04-03 14:53
  • Dans le passé, comme pompier volontaire, comme pratique, nous effectuions le déneigement de la toiture. L'épaisseur de neige variait entre 4 à 5 pieds du côté de la rue St-Laurent surtout. Un centre sportif sans détecteurs de propanes.....Moi j'ai une roulotte et j'en ai un.... Imaginez 30 min. de plus, les étudiants qui arrivent... J'aime mieux pas y penser. L'effort d'une population partie en quelques secondes.

    Cabano - 2017-04-03 14:11