Publicité
25 septembre 2017 - 06:34

Chronique du Bas-Saint-Laurent

Francois Drouin

Par Francois Drouin, Journaliste

Twitter Francois Drouin
Toutes les réactions 2

Le 12 septembre dernier, l’ancien journaliste à la SRC et natif de Rivière-du-Loup, Richard Saindon, a lancé son livre «Chronique du Bas-Saint-Laurent 1535-2017». Amateurs d’histoire, passionnés du Bas-Saint-Laurent, ce livre est pour vous.

L’ouvrage est exhaustif, mais évite le piège de l’austérité.  L’album est un parfait mélange du livre de référence et du livre de chevet. Un document qu’on ouvre sans trop d’attente, mais qui vient vite nous captiver et qu’on referme avec regret.

L’ouvrage de 377 pages imprimé aux éditions du Septentrion se présente comme un recueil des évènements marquants de la région. Des balbutiements aux hauts faits d’armes sans oublier les tragédies qui ont marqué les 108 municipalités du Bas-Saint-Laurent, le volume est le résultat d’une recherche s’étalant sur plus de 20 ans.

Pour chaque jour, un évènement illustré par une photo est mis en exergue et développé par l’auteur. Un encadré regroupe aussi une liste d’éphémérides remontant l’actualité, qu’elle soit politique, sportive ou culturelle, remontant parfois même jusqu’en 1535.

«Il y a des journées où le choix s’imposait de lui-même, par exemple la tragédie du 23 janvier à L’Isle-Verte, de l’incendie du 9 mai 1950 à Cabano ou encore le 29 mai 1914 avec le naufrage de l’Empress of Ireland», raconte l’auteur.

L’ORIGINE

Ancien journaliste de Radio-Canada, Richard Saindon voyait défiler des éphémérides sur son fil de presse. «La Presse canadienne fournissait aux médias, notamment aux radios et journaux, des éphémérides nationales et internationales et je me disais qu’il serait intéressant d’en avoir à l’échelle du Bas-Saint-Laurent.»

Ainsi, pendant une dizaine d’années, le journaliste a colligé des évènements pour ensuite les présenter dans le cadre d’une émission de radio. C’est cette formule qu’il a conservée pour son livre, non sans avoir dû effectuer un travail de recherche colossal.

TRAVAIL DE BÉNÉDICTIN

Chronique du Bas-Saint-Laurent s’inscrit donc comme une référence pour quiconque s’intéresse à l’histoire de la région. L’auteur s’en confesse, c’est un véritable travail de moine qu’il a accompli.

Richard Saindon souligne avoir lu tous les journaux du Bas-Saint-Laurent sur microfilm, remontant même à la Gazette des campagnes publiée au Kamouraska dès 1861. «J’ai dû développer des techniques de lecture», souligne-t-il en riant.

Les municipalités du Bas-Saint-Laurent figurent toutes sans exception dans cet ouvrage de référence. Au total, on dénombre pas moins de 6 000 évènements dans le livre, dont certains aussi récents qu’en mai 2017.

PHOTOS

Pour M. Saindon, il était capital qu’une photo accompagne chaque jour, soit 366 photos, incluant le 29 février des années bissextiles. Il a dû acquérir les droits pour la plupart des photos, un investissement considérable sachant ce que rapporte un livre à son auteur.

«Je voulais aussi des photos moins connues, ou même inédites, comme celle pour illustrer le naufrage de l’Empress alors que l’on voit les corps d’une partie des victimes entassés dans un hangar à charbon sur le quai de Rimouski. Je l’ai trouvée dans un fonds d’archives à New-York.»

Mais les fonds d’archives, y compris celui du Musée du Bas-Saint-Laurent, ne sont pas tous gratuits. «Tous n’ont pas eu la générosité d’Info Dimanche qui m’a permis d’utiliser une photo gratuitement. En tout, c’est plus de 3 000 $ qui ont été investis avant même de savoir si le livre allait être publié.»

PUBLICATION

Une fois le document rédigé, Richard Saindon a ciblé les Éditions du Septentrion, reconnues, souligne-t-il, pour ses livres d’histoire.  «À l’envoi des documents, on nous précise clairement de ne pas relancer la maison d’édition avant six mois. Je n’avais donc pas d’attente à court terme», raconte le Louperivois. Mais voilà, 48 heures après l’envoi, Septentrion lui proposait déjà une date de publication.

Chronique du Bas-Saint-Laurent est disponible en librairie depuis le 12 septembre. Les critiques sont dithyrambiques… et pleinement méritées.

De son côté, Richard Saindon, pour qui il s’agit du 5e livre et son 2e en solo, rédige actuellement son prochain titre, la biographie de Jules-André Brillant, considéré par plusieurs historiens comme le père du Bas-Saint-Laurent.

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

2 réactionsCommentaire(s)
  • Aimerais savoir où se procurer ce bel ouvrage au Témis.

    Sylvain - 2017-09-27 12:33
  • Voilà un livre qui a l'air intéressant à bien des égards!

    Yoann - 2017-09-25 13:01