Publicité
9 août 2017 - 11:36

Plus de 7000 photographies du Fonds René-Marmen maintenant sur Cyberphotos

Le Musée du Bas-Saint-Laurent a mis en ligne récemment un peu plus de 7000 nouvelles photographies du Fonds René-Marmen documentant la vie sociale et publique de la région du Bas-Saint-Laurent entre 1958 et 1983.

L’ensemble de ce fonds est de première importance pour le Musée du Bas-Saint-Laurent, en raison non seulement du volume - plus de 60 150 documents - mais également de l'importance de l'artiste, le photographe ayant œuvré au cœur de la communauté louperivoise pendant plus de 25 ans.

RENÉ MARMEN

René Marmen est né à Rivière-du-Loup en 1919. Dès l'âge de 16 ans, il s'engage auprès de son oncle, Ludger Lebel, photographe à Trois-Pistoles, pour apprendre les rudiments du métier de photographe. Il travaille avec son oncle pendant une quinzaine d'années avant d'aller, en 1952, perfectionner son art dans un grand studio de photographies de Montréal.

De 1955 à 1983, René Marmen opèrera le commerce Marmen Photo. En plus, il couvre les événements pour le compte du journal hebdomadaire Le Saint- Laurent pendant près d'une vingtaine d'années. Chaque visite du moindre personnage public est consignée dans ses archives photographiques. Inauguration d'édifices, incendies, accidents, événements sportifs, sociaux, culturels ou religieux, etc.

René Marmen s'éteint le 10 janvier 2017, à l'âge de 97 ans.

CYBERPHOTOS

Cyberphotos présente près de 125 000 images numériques réalisées à partir des photographies anciennes de la collection ethnologique du Musée du Bas-Saint-Laurent. Relatant en images près d'un siècle d'histoire, Cyberphotos documente remarquablement la fin du XIXe siècle et la première moitié du XXe siècle et témoigne de la vie d'autrefois dans le Bas Saint-Laurent.

Au total, la collection du Musée compte aujourd'hui plus de 220 000 documents photographiques provenant d'une vingtaine de fonds différents. Elle comprend des clichés sur divers supports tels le verre, le film, le papier, et proviennent de collectionneurs et des photographes eux-mêmes, ou de leur famille, qui les ont offerts à l'institution afin qu'elle les conserve dans des conditions optimales et en assure la diffusion.

Publicité

Commentez cet article