Publicité
20 juillet 2017 - 06:03

Jack & Zack à la découverte du monde des affaires

Geneviève Desjardins

Par Geneviève Desjardins, Journaliste

Toutes les réactions 1

Jacob Ouellet et Zack Drapeau sont deux nouvelles recrues du monde entrepreneurial. À 12 et 11 ans, ils ont fondé leur entreprise de bois d’allumage recyclé à 100%, Jack & Zack – Bois d’allumage.

Pour leur dernier été avant d’entrer au secondaire, les deux jeunes hommes avaient envie de commencer à travailler pour gagner un peu d’argent. Leurs parents leur ont donc proposé de lancer leur projet pour s’initier au monde des affaires.

Avec leur aide, ils reprennent les retailles de bois qu’une entreprise de structures de maisons de Saint-Pierre-de-Lamy se débarrasse, les taillent et les emballent dans des sacs pour ensuite les distribuer à leurs clients.

Dès la fin des classes, ils ont entrepris la création d’un nom pour leur petite compagnie, d’un logo, d’une étiquette à apposer sur les sacs de bois et ont même étudié la concurrence et déterminé un prix qui conviendrait au marché, soit 4 $ le sac.

Après seulement quelques semaines d’activité, leur petite entreprise a déjà commencé à se faire connaître et à attirer des acheteurs. Notamment, le camping de la plage de Pohénégamook et l’Auberge de la Pointe de Rivière-du-Loup se sont procuré plusieurs sacs de bois d’allumage pour alimenter leurs feux de camp et foyers. Plusieurs amateurs de camping ont aussi encouragé les jeunes entrepreneurs.

D’ailleurs, dans chaque sac, un allume-feu, fabriqué par une entreprise adaptée de Matane qui emploie des personnes handicapées, est fourni gratuitement, ce qui, selon Zack, ajoute un plus à leur produit.

Leurs commandes s'effectuent majoritairement à partir de leur page Facebook, Jack & Zack - Bois d'allumage.

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • Bravo à vous! je suis impressionné. Bravo aux parents et à celles et ceux qui vous ont supportés. Le défaitisme n'a plus sa place parmi vous. Au lieu de vous dire: ¨On est nés pour un ti-pain¨, vous êtes en train de vous dire que vous êtes nés pour la boulangerie et pourquoi pas pour la meunerie. Quel bel esprit . R Dubé, Québec, enseignant retraité en éducation économique.

    Belle nouvelle! - 2017-07-20 06:43