Publicité
19 octobre 2016 - 13:27

Saine gestion des finances, au féminin

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Les lois fiscales sont unisexe, mais les finances, elles, sont bien souvent prises en main par la femme au sein d’un couple. Une tendance qui n’est pas près de s’inverser, alors que plusieurs femmes font leur entrée en tant qu’entrepreneures dans le monde des affaires.

«Maintenant, environ 85% des dépenses des ménages sont décidées par des femmes. Elles sont de plus en plus impliquées dans la prise de décisions financières», soutient Renée-Jeanne Belzile, directrice principale de la fiscalité au bureau de Raymond Chabot Grant Thornton de Rivière-du-Loup.

L’épargne, la planification de la retraite et la clarification de la situation des conjoints de fait revêtent une importance capitale pour une saine et bonne gestion financière.

Par exemple, dans le cas d'un décès d’un conjoint de fait, la loi ne reconnait pas au conjoint de fait survivant le statut d'héritier légal. Si un conjoint décède sans laisser de testament, la succession est répartie entre les héritiers légaux du conjoint décédé (membres de la famille), selon les règles du Code civil du Québec relatives aux successions. Si les conjoints de fait désirent se léguer des biens, ils doivent le faire par testament.

«Dans un couple, c’est intéressant de gérer les choses à deux. On évalue notre budget en fonction de notre capacité à payer. C’est important de planifier en fonction de la retraite, si on n’a pas de fond de pension, il faut se discipliner, économiser dans des placements REER, des immeubles», explique Renée-Jeanne Belzile.

Pour Mme Belzile, le secret est de connaitre les éléments déductibles, les lois et de faire les bons choix. «Regrouper tous les membres d’une même famille où sont faits les rapports d’impôts permettent parfois d’obtenir des crédits supplémentaires lorsque les enfants sont aux études», explique-t-elle. Connaitre les règles est à la base d’une bonne utilisation des crédits disponibles, afin d’éviter qu’ils ne se perdent. Les choix réalisés pour la famille ont un impact sur le montant net conservé à la fin de l’année.

«Les régimes d’épargne-études pour les enfants, les crédits pour les rénovations, les frais de déménagement pour les étudiants sont des éléments qui peuvent s’appliquer, selon les familles», explique-t-elle.

Les gens d’affaires peuvent également avoir recours au fractionnement du revenu légalement dans le cadre de leur rapport d’impôts. Être sensibilisé, s’informer à la source des différents déductibles afin d’obtenir les bonnes informations sont au cœur d’une saine gestion des finances.

Publicité

Commentez cet article