Publicité
30 mai 2013 - 15:23 | Mis à jour : 15:35

Nouvelle résidence pour les Sœurs de l’Enfant-Jésus de Chauffailles

Mario Pelletier

Par Mario Pelletier, Journaliste

Chargement du vidéo

Voir la galerie de photos

Rivière-du-Loup – Juste à côté de la résidence actuelle des Sœurs de l’Enfant-Jésus de Chauffailles sur la rue Saint-Henri à Rivière-du-Loup, la congrégation a procédé le 28 mai dernier à la pelletée de terre officielle donnant le coup d’envoi des travaux de construction de leur nouvelle Maison provinciale canadienne, qui hébergera également les membres de la congrégation des Sœurs Clarisse.


Plusieurs invités d’honneur étaient présents pour la cérémonie, entre autres l’abbé Charles-Aimé Anctil, vicaire général du diocèse de Sainte-Anne-de-la-Pocatière, l’abbé Yvan Michaud, aumônier à la Maison provinciale, l’abbé Odilon Hudon, curé de la paroisse Saint-Patrice de Rivière-du-Loup, Michel Morin, maire de Rivière-du-Loup, Sœur Louise Guay et Sœur Marthe Beauvois, Clarisses de Rivière-du-Loup, Carl Dubé, directeur de la vie étudiante au Collège Notre-Dame, et Jacinthe Poitras, directrice financière de la Province religieuse. On notait aussi divers représentants des entreprises participant au projet de construction, dont Marc Pigeon de Construction Technipro BSL qui agit à titre d’entrepreneur général des travaux.


SŒURS DE L’ENFANT-JÉSUS DE CHAUFFAILLES


La Supérieure provinciale de la communauté religieuse, Sœur Denise Lachance, a rappelé les principales étapes du processus qui a mené au début de la construction de la nouvelle résidence. Le conseil provincial en a pris la décision en décembre 2012. Cette décision assurera la pérennité de la congrégation des Sœurs de l’Enfant-Jésus de Chauffailles à Rivière-du-Loup. La Province du Canada compte 100 religieuses dont 45 demeurent déjà à la Maison provinciale. À noter que l’âge moyen des religieuses de l’entité établie au Québec est de 77 ans.


Sœur Denise Lachance a expliqué antérieurement que la congrégation souhaite que le bâtiment actuel puisse accueillir des projets correspondant à leurs valeurs et à leur mission. La priorité est que le Collège Notre-Dame, une œuvre éducative soutenue par les religieuses depuis plus de 40 ans, demeure en ces murs et poursuive son action. « La décision de construire un nouvel édifice à l’intention des membres de notre communauté n’a et n’aura aucune incidence sur le fonctionnement du Collège Notre-Dame », avait indiqué Sœur Lachance.


La congrégation des Sœurs de l’Enfant-Jésus de Chauffailles compte 365 religieuses à travers le monde. La communauté est présente en France, au Canada, au Japon, en République dominicaine, au Tchad et au Cambodge.


 

Publicité

Commentez cet article