Publicité
25 avril 2018 - 11:05 | Mis à jour : 11:21

La Facture fait un reportage percutant sur Le Couvent et La Villa des Basques

Mario Pelletier

Par Mario Pelletier, Journaliste

Toutes les réactions 1

Le 24 avril sur les ondes de ICI Radio-Canada, l’équipe de La Facture a réalisé un reportage percutant sur les résidences de personnes âgées Le Couvent et La Villa des Basques de Trois-Pistoles, plus spécifiquement sur Michel Pelletier, présenté comme gestionnaire par plusieurs personnes et qui a eu dans le passé des problèmes avec la justice.

L’homme d’affaires, qui a déjà été reconnu coupable de fraude dans le passé, est le conjoint de la propriétaire de la résidence Le Couvent, Sophie Drolet. Celle-ci est également copropriétaire de La Villa des Basques, une autre résidence pour ainés à Trois-Pistoles, avec comme partenaire et actionnaire majoritaire Ghislain Dorion, un policier de la Sûreté du Québec. La Facture mentionne que M. Dorion est partenaire d’affaires de M. Pelletier depuis quelques années. On précise que Sophie Drolet et Ghislain Dorion n’ont pas de problèmes avec leurs antécédents judiciaires.

Une ex-employée, Cathy Dumont, avait également dénoncé précédemment l’implication de Michel Pelletier dans la gestion de La Villa des Basques. «Il y a eu des allégations qu’elle disait que l’on aurait, soit Mme Drolet ou moi, des antécédents criminels. Je peux vous affirmer que c’est 100 % faux. D’ailleurs le CISSS nous a enquêté, ils enquêtent tout le temps. Comme propriétaire, j’ai absolument rien à me reprocher», avait répliqué le président de l’entreprise, Ghislain Dorion.

PLAINTE

La Villa des Basques compte 71 résidents et Le Couvent 42 personnes hébergées. C’est à la suite d’une plainte d’une résidente du Couvent, Lise Drapeau, que l’équipe de La Facture est débarquée à Trois-Pistoles pour faire son enquête. Mme Drapeau se plaignait de la qualité de la nourriture elle qui est atteinte de diabète et doit suivre une diète particulière. Toujours dans le reportage d’ICI Radio-Canada, Me Christine Morin, titulaire de la Chaire de recherche Antoine-Turmel sur la protection juridique des ainés, félicite les gens qui ont osé dénoncer cette situation délicate et souligne que les droits des personnes ainées n’ont pas été respectés.

CISSS

Gino Beaudoin, directeur de la qualité, de l’évaluation, de la performance et de l’éthique clinique au CISSS du Bas-Saint-Laurent, a également été rencontré par La Facture. Il explique dans le reportage que le CISSS était incapable d’obtenir les antécédents judiciaires de Michel Pelletier parce qu’il n’occupe aucune fonction officielle à l’intérieur des deux résidences. D’ailleurs quand Info Dimanche a rencontré précédemment les propriétaires Sophie Drolet et Ghislain Dorion, c’est M. Pelletier qui avait agi comme intermédiaire au téléphone. Il s’était alors présenté comme consultant en gestion d’immeubles.

M. Beaudoin a précisé à La Facture que le CISSS avait exigé, par principe de précaution, que Michel Pelletier se tienne loin des deux établissements. Concernant l’alimentation à la résidence Le Couvent, le CISSS a demandé des ajustements, notamment trois repas complets et équilibrés par jour.

En terminant, le journaliste de La Facture a expliqué que ces deux établissements représentent la presque totalité des places en résidences privées dans la région de Trois-Pistoles.

Rappelons que les propriétaires de la Villa des Basques ont fait part récemment au CISSS du Bas-Saint-Laurent qu’ils mettaient fin à leur entente pour accueillir des résidents à titre de ressource intermédiaire. Onze personnes âgées en perte d’autonomie devaient donc être relocalisées d’ici le 30 avril prochain.

Plus d’informations à venir…

 

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • Je trouve vraiment dommage que le journaliste de l'émission "La facture" n'ait pas été très partial en ayant l'avis d'une seule résidente du Couvent et aucun de la Villa des Basques. L'histoire de M. Pelletier est une chose et le traitement des résidents une autre chose. La très grande majorité des résident(e)s de ces 2 établissements sont entièrement satisfait de la façon dont ils sont traités et de la nourriture. Alors un peu plus de professionnalisme dans vos reportages. Ils y a toujours 2 revers à une médaille

    Aurèle - 2018-04-25 16:00