Publicité
7 avril 2018 - 07:00

Mélusine : les deux fées de la rue Lafontaine

Geneviève Desjardins

Par Geneviève Desjardins, Journaliste

Après plus d’une dizaine d’années d’existence, l’entreprise louperivoise de création de bijoux, Mélusine, a élu domicile sur la rue Lafontaine à Rivière-du-Loup le 10 février dernier. Un atelier-espace boutique est désormais ouvert à tous pour faire la découverte de bijoux faits à la main ainsi que de nombreux autres produits québécois de création artisanale.

Dans la mythologie, Mélusine est le nom d’une fée qui, entre autres, était une grande bâtisseuse. C’est de là que vient le nom du commerce maintenant situé au 484, rue Lafontaine à Rivière-du-Loup.

Il y a 13 ans, Émilie Boucher, artiste dans l’âme, a entrepris chez elle la création de bijoux dans le but de les vendre. «Quand j’étais à Montréal, j’en faisais juste pour mes amies et pour moi. Mais en arrivant ici, ça a vraiment été difficile pour moi de me trouver un emploi, donc j’ai créé mon entreprise pour vendre mes créations. Mon but était de vivre de ça», explique l’artiste d’origine montréalaise.

Au fil des ans, son entreprise a pris de l’expansion et, en 2015, Rachel Gagnon s’est jointe à elle. «On s’est rencontrées une fois, elle est venue chez moi sur le bord d’une table et 10 minutes après, c’était signé et elle achetait la moitié de la compagnie. On ne se connaissait pas du tout, mais je pense que ça a été un coup de foudre. Rachel est plus jeune que moi, alors j’ai l’impression de me retrouver beaucoup en elle plus jeune», poursuit Émilie.

CRÉATION EN ÉQUIPE

«Si ça marche bien, c’est justement parce qu’il n’y a personne en particulier qui décide, c’est vraiment un travail d’équipe. On est devenues amies à force de travailler ensemble, ça s’est fait naturellement», expliquent les deux fées joaillères.

Les collègues et amies ont toutes deux fait des études dans le domaine artistique : Rachel est diplômée en design d’intérieur au Cégep de Rivière-du-Loup, et Émilie a étudié en arts visuels au Cégep de Matane. «À la base, on a une démarche artistique différente, mais ça se rejoint», soutiennent-elles.

Ensemble, elles créent donc quatre collections saisonnières par année, en plus d’offrir un service de création sur mesure pour leurs clients. Elles confectionnent également des collections privées pour plusieurs compagnies, des collections spéciales pour la boutique Le Roi, sans compter leurs bijoux qui sont disponibles dans d’autres points de vente dans la région et à Québec. En plus de l’atelier-boutique, Mélusine vend aussi ses bijoux en ligne, afin d’offrir la possibilité de se les procurer à ceux qui ne peuvent pas se déplacer.

Les deux jeunes entrepreneures qualifient leur style de bohémien, «gypsy», «vintage», à la fois hippie et urbain, surtout grâce au concept d’atelier-boutique situé au centre-ville. Elles ont à cœur de créer des bijoux à leur image et elles s’inspirent souvent des gens qui les entourent.

LA TÊTE PLEINE D’IDÉES

Les deux femmes entrevoient l’avenir avec beaucoup d’enthousiasme et de projets stimulants qui se préparent.

«Juste d’avoir notre boutique, c’est déjà un rêve de réalisé. On ne peut rien demander de plus que ce qu’on a là», souligne Rachel.

Maintenant, elles envisagent surtout de se perfectionner, de faire voyager leurs créations et, peut-être un jour, que d’autres personnes se joignent à elles et les aident à grandir. Avant tout, leur objectif est de créer et d’avoir du plaisir à le faire

Le côté humain est aussi un aspect très important pour les deux bijoutières, qui s’assurent d’utiliser des matériaux faits au Québec ou par des artisans d’outre-mer qui vendent leurs propres créations.

«Lorsque quelqu’un décide de magasiner dans notre commerce, c’est ce qui nous permet d’en vivre. Ça fait vraiment une différence», poursuit Rachel.

De plus, leur vaste local leur permettra d’offrir à nouveau des ateliers de création pour une douzaine de personnes qui désirent confectionner des bracelets entre amis, de même que d’autres événements.

 

Publicité

Commentez cet article