Publicité
31 mars 2018 - 07:32

Un atelier en soutien aux pères séparés

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin
Toutes les réactions 1

Au Québec, la proportion de familles brisées continue d’augmenter. Dans bien des cas, les pères sont dépourvus devant la situation de séparation. Questions, inquiétudes, préparation… les sources de stress sont nombreuses lorsqu’il est question de ses enfants. 

C’est dans cette optique que la Maison de Famille du Grand-Portage a décidé de mettre sur pied un atelier dont l’objectif est de réaliser un tour d’horizon du sujet. Intitulée «Je me sépare, que faire comme père?», l’activité informative est une première pour l’organisme louperivois. 

L’idée est née au printemps dernier quand les intervenants de la Maison de la Famille ont été invités à suivre une formation du Regroupement pour la valorisation de la paternité (RVP) au sujet des interventions en situation de rupture dans une perspective de coparentalité.

«Nous avons alors reçu plusieurs appels de pères intéressés à se joindre à nous, mais malheureusement, ce ne leur était pas adressé. Ils avaient des questions, ils souhaitaient des réponses. Nous avons réalisé qu’il y avait un besoin de ce côté-là», raconte Charles Goulet de la Maison de la Famille. 

Il faut dire qu’en région, contrairement aux grands centres, les ressources consacrées exclusivement aux hommes sont plus restreintes. À Montréal, l’organisme «Pères Séparés» accompagne les pères dans leur contexte de transition familiale, mais ailleurs, c’est plus difficile. Pourtant, la rupture et le divorce forment l’une des plus importantes causes de stress chez les hommes, selon différentes études et sondages. 

SUJETS ABORDÉS

Animée par deux avocats du cabinet Dubé Dion Avocats, Mes Steven Côté et Gabrielle Lavoie-Lévesque, la rencontre aura lieu le 26 avril prochain, entre 19 h 30 et 21 h, à la Maison de la Famille. Différents sujets seront abordés dont l’autorité parentale, les différentes modalités de garde, les critères d’attribution de la garde et la pension alimentaire. Une période sera également réservée aux questions. 

«On veut que les gens repartent en sachant qu’au sens de la loi, ils sont au même pied d’égalité [que leur ex-partenaire] et qu’ils puissent comprendre comment les tribunaux traitent les ordonnances de garde, comment c’est déterminé et quels objectifs sont visés par le juge», indique Me Côté. 

«Au niveau des pères, dans plusieurs cas, les séparations arrivent comme une surprise. Ils vont tomber dans le néant et il y a comme une situation de crise. On sait que la détresse des pères – il y en a une chez les mères aussi – est assez aiguë (…) On veut faire un déblayage au niveau des lois et les informer», mentionne M. Goulet. 

Par la bande, l’atelier reviendra aussi sur l’importance de la coparentalité, que les parents en arrivent à se parler et à s’accorder pour leur(s) enfant(s). «On parle de la famille qui continue, mais de façon différente (…) Le père a un droit et une responsabilité vis-à-vis ses enfants», ajoute l’intervenant. 

Dans notre société, le rôle primordial du père auprès de l’enfant est de plus en plus reconnu. Son implication plus importante au niveau des soins également. Tout cela fait en sorte que l’image de la mère qui obtient plus «facilement» la garde des enfants n’illustre plus adéquatement le portrait de la situation actuelle. D’ailleurs, une majorité de dossiers de séparation ou de divorce se règlerait avant même une comparution devant un juge. Un élément intéressant dont les deux parties doivent être pleinement conscientes. 

Pour davantage de détails, communiquez avec les intervenants de la Maison de la Famille au 418-860-4818. 

 

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • WOW! Bravo,tellement important, les papas sont aussi important que les mamans et souvent je crois que c est beaucoup un manque de confiance mais sont tellement capable.Vaut enfants vous aiment autant que les mamans.

    Didi - 2018-04-03 08:48