Publicité
19 mars 2018 - 06:58

Cancer : une nouvelle technique porteuse d’espoir

Francois Drouin

Par Francois Drouin, Journaliste

Twitter Francois Drouin

En février dernier, Jean-Pierre Bastille a convié 72 personnalités du monde des affaires les plus influentes de la région à une soirée privée à l'Hôtel Levesque pour leur raconter son combat contre le cancer, mais aussi, pour présenter la technique et le médecin qui lui ont sauvé la vie. Le 22 février, pas moins de 120 personnes étaient présentes.

À cette occasion, M. Bastille était accompagné du Dr Nader Sadeghi et du représentant de l'entreprise qui a conçu le robot chirurgical, Danny Minogue. Une présentation qui a conquis les invités, au point où ces dernier ont spontanément donné ensemble 175 000 $ à la Fondation du Cancer des Cèdres.

  >> AUSSI À LIRE : Jean-Pierre Bastille le battant

«Et je suis sûr de me rendre à 250 000 $. Je fais ça pour aider, pour permettre à l’équipe médicale d’avancer plus rapidement dans leurs travaux. Chaque fois qu’on donne un dollar, le gouvernement en donne un lui aussi. Alors si je peux donner au prochain Jean-Pierre Bastille, je vais sauver une vie», a lancé l’homme d’affaires.

Ce dernier a insisté afin de remercier les donateurs «qui ont permis de faire avancer cette recherche, ce nouveau protocole.» Pour les personnes souhaitant contribuer à la Fondation du cancer des Cèdres, il suffit de vous rendre à l’adresse www.cedars.ca et de sélectionner sous l’onglet «Fonds»  le Fonds de chirurgie cervica-faciale – Dr Nader Sadeghi.

NOUVELLE TECHNIQUE

Le robot utilisé lors de l’intervention est le robot da Vinci. Il y en a 37 au Canada, dont à Montréal, Québec et Sherbrooke. Sa précision lui permet de retirer des masses de quelques millimètres avec une précision inégalée. Malheureusement, peu de chirurgien sont en mesure de les utiliser.

La technique mise au point par le Dr Sadeghi s’adresse aux cancers arrières de la gorge. Ce dernier précise que les traitements existants ont été élaborés pour combattre des cancers associés à notre mode de vie, notamment du tabagisme, et non pour les cancers ayant des origines infectieuses comme c’était le cas pour Jean-Pierre Bastille.

Si le médecin insiste pour dire qu’il n’a rien inventé, ses recherches sont toutefois basées sur l’élaboration d’un nouveau système, un nouveau protocole d’intervention. La chimiothérapie dite «par en avant» se veut plus agressive dès les premiers traitements.

«Le robot existe déjà, mais la chirurgie robotique est peu  pratiquée. C’est un nouveau protocole, personnalisé sur le patient. Cette technique permet d’éviter les effets secondaires à la radiothérapie. La chirurgie est plus précise et la masse cancéreuse est préalablement diminuée par la chimio. Ce que nous faisons est peu connu, nos collègues ne savent pas que ça existe», souligne Nader Sadeghi.

Ce dernier estime que d’ici deux à trois ans ce nouveau système d’intervention pourra être mis à l’épreuve dans d’autres institutions au pays. «Le défi sera de le faire reconnaitre, il y a un comparable à faire entre l’ancien et le nouveau système, mais je suis confiant, les résultats sont probants.»

Selon les chiffres présentés par le médecin, à ce jour, 55 personnes atteintes de cancer de type 3 et 4 ont été traitées à l’aide de ce nouveau protocole. «Nous avons un taux de succès de 92 %», lance fièrement M. Sadeghi.

 

Publicité

Commentez cet article