Publicité
2 mars 2018 - 06:31

Gaston Pelletier verra au développement du Musée du Témiscouata

Mario Pelletier

Par Mario Pelletier, Journaliste

Le Musée du Témiscouata s’est doté d’un directeur du développement en la personne de Gaston Pelletier. Celui-ci occupe déjà un poste de direction au Centre d’archives du Témiscouata. Il est également directeur général du Centre d’archives de la région de Rivière-du-Loup.

M. Pelletier a accepté ce nouveau défi et a reçu la confiance du conseil d’administration du Musée du Témiscouata dont son président Charles-Aimé Bélanger. On a d’ailleurs reconnu son leadership au Centre d’archives du Témiscouata qui s’est développé rapidement.

«Il entreprendra dès maintenant un processus de planification stratégique voulant amener le Musée à de nouveaux sommets. Cette révision se fera au cours des prochains mois», a expliqué M. Bélanger.

UN PEU D’HISTOIRE

Le Musée du Témiscouata existe depuis maintenant 23 ans. Sa mission est de faire découvrir l’histoire des Témiscouatains d’autrefois, à travers différents objets appartenant au passé régional. En 2014, le Musée du Témiscouata a été relocalisé dans les locaux du BeauLieu Culturel à Témiscouata-sur-le-Lac.

Le 6 aout 2014, on avait d’ailleurs inauguré son exposition permanente «Enracinés» traitant de la culture forestière du grand Madawaska. On y montre également la mobilisation historique de la population qui a mené à la construction de la cartonnerie Cascades à Cabano, il y a plus de 40 ans.

Rappelons qu’en 2012, le Musée du Témiscouata a dû fermer ses portes temporairement, dans l’attente de ses nouveaux locaux situés dans ce qui était autrefois l’entrepôt du magasin général L.P. Beaulieu. En 2013, la Société d’histoire et d’archéologie du Témiscouata (SHAT), aussi responsable du Fort Ingall dans le quartier Cabano, annonçait qu’elle devenait gestionnaire du Musée du Témiscouata. La collection du Musée comprend plus de 1 500 objets patrimoniaux. Celle de la SHAT est composée de 14 000 photos et 50 000 artéfacts.

 

 

Publicité

Commentez cet article