Publicité
22 février 2018 - 15:54 | Mis à jour : 17:00

Près de 2,4 M$ pour la restauration des habitats côtiers

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin
Toutes les réactions 1

Le gouvernement du Canada a annoncé, ce jeudi 22 février, l’octroi d’une somme d’environ 2,4 M$ de dollars sur cinq ans au Comité ZIP du Sud-de-l’Estuaire afin que l’organisme assure la restauration des habitats côtiers perturbés sur la rive sud de l’estuaire du Saint-Laurent. 

Ce montant important, qui provient du Fonds pour la restauration côtière du ministère des Pêches et des Océans Canada et qui a été présenté par le député Rémi Massé, servira à financer une série de travaux identifiée sur quatre ou cinq sites précis entre Berthier-sur-Mer et Les Méchins. Ils s’échelonneront au cours des cinq prochaines années.

L’objectif à long terme est d’atténuer les menaces qui pèsent sur les populations de poissons à la base de la chaîne alimentaire, tels que le capelan, l’éperlan arc-en-ciel, l’épinoche et le hareng. 

En retour, le projet bénéficiera évidemment aux bélugas, aux phoques et à plusieurs espèces de poissons telles que la morue, le sébaste, la plie, le saumon et l’anguille d’Amérique, tous présents dans les secteurs touchés par le projet de restauration. 

«Les zones de marais, les plages et les herbiers en bonne santé permettent aux différentes espèces de se protéger, de s’alimenter et de se reproduire. Si on perd ces habitats, on en a déjà perdu 50 % depuis les 7 dernières années, on perd toute la richesse du Saint-Laurent. Nos actions créent également des zones tampons qui diminuent l’impact des vagues et des tempêtes sur les côtes», explique Françoise Bruaux, directrice du Comité ZIP du Sud-de-l’Estuaire. 

KRTB

Au KRTB, le choix des spécialistes s’est arrêté sur des sites des municipalités de Notre-Dame-du-Portage et Notre-Dame-des-Neiges. Dans le premier cas, les actions débuteront au printemps prochain et feront suite à une première phase qui a eu lieu dans le secteur de l’Anse du Portage au cours des trois dernières années. On compte notamment effectuer une recharge sédimentaire et une revégétalisation du marais et de la place. 

«Notre-Dame-du-Portage est une municipalité côtière par excellence. Nous sommes tournés vers le fleuve, alors la santé de notre habitat côtier est primordial. C’est certain que les services rendus par le Comité ZIPSE sont très appréciés. Ils nous aident beaucoup», a témoigné le maire de l’endroit, Vincent More. 

À Notre-Dame-des-Neiges, il sera davantage question d’une recharge sédimentaire et d’une revégétalisation d’un herbier de zostère à l’embouchure de la rivière et du côté de la plage. Aucun échéancier n’a été confirmé de ce côté. 

COMITÉ ZIPSE

Depuis sept ans, la mission du Comité ZIPSE est de promouvoir et soutenir, par la concertation régionale, les actions visant la protection, la conservation, la réhabilitation des milieux perturbés et l’accessibilité au fleuve Saint-Laurent dans une perspective de développement durable. 

L’organisme est d’ailleurs toujours à la recherche de bénévoles. Les personnes intéressées sont invitées à visiter le site Web. 

 

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • Des $$$ jetés a l'eau... ?

    Pourtant, les scientifiques ne cessent de nous dire que le niveau
    des océans (...du fleuve) vont augmenter d'ici 20 a 50 ans. Toutes
    ces zones côtières vont êtres submergées et ces efforts anéantis.

    Qui croire a travers les discours schizophréniques des politiciens
    pour plus de croissance économique = pollution, apôtres du libre échange
    tous azimuth !

    Trop peu, trop tard...



    Le capitaine Fish - 2018-02-22 21:06