Publicité
7 janvier 2018 - 13:49

Bilan annuel de «Mes soins restent ici» : une situation alarmante au Kamouraska

Le comité «Mes soins restent ici» du Kamouraska a publié son bilan pour 2017 le 3 janvier dernier. «Il y a un an, nous étions tous isolés à constater la diminution de nos soins de proximité au Kamouraska. Nous sommes maintenant unis à dénoncer cette situation», a commenté le regroupement.

En mai dernier, plus de 5 000 personnes ont marché dans les rues de La Pocatière. Le comité a également rencontré les députés à l’Assemblée nationale du Québec et le ministre de la santé, Gaétan Barrette. Ce dernier s’est engagé à ne pas fermer l’hôpital de La Pocatière. Cependant, le comité veut plus et souhaite conserver les soins de proximité au Kamouraska.

Une pétition de près de 9 000 signatures a été déposée à l’Assemble nationale. Les élus municipaux ont quant à eux déposé un mémoire en juin et «n’ont toujours pas obtenu de réponses concrètes». En juillet, une lettre signée conjointement par les élus municipaux et le comité a été envoyée au ministre de la Santé et aux principaux responsables des soins de santé du Bas-Saint-Laurent. Elle a été suivie d’une intervention médiatique, mais le silence s’est poursuivi, d’après «Mes soins restent ici» du Kamouraska.

En novembre, le comité a dénoncé la situation vécue par les ainés qui ont difficilement accès aux lits subventionnés et aux lits de CHSLD. Selon le comité, à la suite de cette sortie publique, la situation a semblé s’améliorer.

Le comité a dénoncé publiquement la situation vécue concernant le manque d’anesthésistes au Kamouraska en décembre. Selon lui, en 2017, la région du Kamouraska a connu 144 jours sans anesthésiste, sans solution concrète pour 2018.

«La situation est plus qu’alarmante, elle est inacceptable. Nous sommes maintenant passés d’une situation de diminution à celle de rupture de services ainsi qu’à l’abandon de suivis concrets par le ministre de la Santé et le CISSS du Bas Saint-Laurent. Il faut donc continuer davantage à se faire entendre», ont fait valoir les porte-paroles du comité «Mes soins restent ici». Le regroupement est à élaborer le plan d’action 2018 pour accroitre la mobilisation des différents acteurs du Kamouraska.

 

Publicité

Commentez cet article