Publicité
22 septembre 2017 - 06:54 | Mis à jour : 08:33

Des tonnes de légumes et des collations santé pour les élèves

Mario Pelletier

Par Mario Pelletier, Journaliste

Le projet Serre-Vie de l’École secondaire de Cabano a pris forme en avril 2014 et a connu une belle évolution depuis. En plus d’être la source de tonnes de légumes, de collations santé, d’un outil d’apprentissage motivant et d’une implication communautaire, cette initiative retient l’attention partout au Québec.

Le 13 septembre dernier, une équipe de la populaire émission La Semaine verte diffusée sur la chaine Ici Radio-Canada était d’ailleurs sur place afin de réaliser un reportage. De plus, ce projet a été gagnant dans un concours national en éducation au développement durable remis par la Fondation Monique-Fitz-Back. Il a également mérité le Prix du public dans le cadre d’un concours organisé par la Fondation David Suzuki. D’autres récompenses obtenues dans les concours Forces Avenir et Défi OSEntreprendre témoignent aussi de la qualité de cette réalisation de l’École secondaire de Cabano.

«À chaque année, de 150 à 200 élèves participent à une tâche ou l’autre du projet», a expliqué René Beaulieu, enseignant et instigateur du projet en compagnie d’Éric Forcier, technicien en laboratoire. Ce dernier soulignait d’ailleurs le travail des élèves dans la plus récente réalisation, soit une plus petite serre pour des plants tropicaux.

SPHÈRE GÉODÉSIQUE

«Afin de stimuler la créativité et de repousser les limites de l’impossible, l’an dernier l’équipe Serre-Vie et les élèves inscrits au programme du Pré-DEP de la Commission scolaire du Fleuve-et-des-Lacs ont réussi à assembler une sphère géodésique. Ce type de structure a permis de réaliser un dôme en bois qui depuis ce printemps, est recouvert d’une toile transparente. Pendant ce temps, les élèves en concentration horticulture semaient les graines du contenu de la serre. Elle a une vocation d’outil d’éveil et de curiosité», a expliqué M. Forcier.

«Notre nouvelle serre est unique au Québec ; un collège s’en est procuré une toute faite et plus petite aux Etats-Unis et il a payé le gros prix», a souligné M. Beaulieu. La serre, réalisée d’un bout à l’autre par les élèves avec la participation d’entreprises comme le Groupe Lebel pour le bois, Glendyne pour le plancher en ardoise et un programme d’implication communautaire pour la toile, représente un investissement de 2 000 $. De plus, des panneaux solaires permettent l’ouverture de certaines parties pour la climatisation. Le système de contrôle qui actionne ces ouvertures est le résultat du travail de trois anciens élèves.

75 000 CAROTTES

Même si le projet est destiné principalement à la production de légumes pour les 400 élèves qui vont chercher des collations santé, les gens de la communauté peuvent s’y rendre pour chercher des légumes dans la serre en respectant les consignes simples de prendre un maximum de 8 tomates cerises, 3 tomates régulières et un poivron. En fin de saison les fruits restant sont récoltés puis donnés à des personnes dans le besoin par le biais des Cuisines collectives du Témiscouata. Cependant, la plus grande proportion revient aux élèves qui cuisinent ces légumes.

La production en serre cette année est estimée à environ 6 tonnes de tomates, concombres et poivrons. De plus, 75 000 carottes ont été semées. Lors de notre visite, c’était la première journée au cours de laquelle les étudiants pouvaient aller chercher des carottes comme collation. Lors de la pause, pas moins de 150 à 200 élèves ont déferlé dans le jardin extérieur. «La même logique s’applique aux carottes qu’aux tomates : une limite de 5 par personne est respectée. Cela veut ainsi dire que les 400 élèves peuvent manger 2 000 carottes par jour tout en respectant les consignes. Cela permet de garder le projet en vie, de conserver l’enthousiasme des jeunes qui déploient de nombreux efforts pour aider des gens, jeunes et adultes autour d’eux. Cela permet aussi de donner l’ensemble de ces fruits et légumes gratuitement», ont souligné les responsables.

«On fait pousser plusieurs variétés de légumes et on peut avoir des collations santé», a indiqué Alexandre Bérubé, un élève qui a participé au projet. «Je n’avais jamais fait d’horticulture avant, j’apprends comment s’occuper des légumes. De plus, ils nous font confiance, même sans surveillance», a ajouté Justin Lavoie-Beaulieu. «C’est le fun de venir à l’école, le projet apporte de la variété. Il nous procure de nouvelles connaissances et nous permet d’aider la communauté», a pour sa part mentionné David Dumais, un autre élève impliqué dans le projet.

La grande serre mesure 135 pieds de long par 25 pieds de large. Au départ, le projet a nécessité des investissements de près de 140 000 $. Plusieurs organismes du milieu l’ont appuyé et une cinquantaine de bénévoles ont notamment participé au montage des toiles sur la serre.

Publicité

Commentez cet article