Publicité
19 août 2017 - 07:11

Les encans : le rendez-vous de passionnés

Mario Pelletier

Par Mario Pelletier, Journaliste

Toutes les réactions 1

Info Dimanche a rencontré le 13 aout dernier Alain Thériault, encanteur professionnel, lors de l’un de ses rendez-vous hebdomadaires. Sur place, nous avons également vu des passionnés, allant du collectionneur au brocanteur sans oublier des personnes qui étaient là sans attente particulière mais avec le désir d’y découvrir un petit trésor.

Tous avaient cependant un objectif identique, soit de réaliser une bonne affaire. «Dans les ventes de garage, le meilleur va se vendre. Lors des ventes à l’encan, tout, ou presque, se vend», a mentionné M. Thériault. Effectivement, 2 ou 3 dollars suffisent parfois à mettre la main sur des objets de la vie quotidienne d’une autre époque. Une belle chaise berçante a été achetée pour 25 $. Il y a un peu de tout, une motoneige de l’année 1995 a trouvé preneur pour 775 $.

Âgé de 60 ans, Alain Thériault effectue des encans depuis 37 années. Il parcourt un vaste territoire : «Je me suis rendu près de Québec, à Amqui à l’est et jusqu’à la frontière du Nouveau-Brunswick. En général, j’ai deux encans par fin de semaine pendant huit mois. J’ai aussi une fermette à Saint-Clément.»

L’encanteur professionnel estime que les dernières années ont été bonnes pour son travail: «Il y a moins de revendeurs, les gens vont donc davantage dans les ventes à l’encan. Il y a également beaucoup de personnes plus âgées qui laissent maison.» Alain Thériault ne travaille pas seulement que dans le secteur résidentiel, il lui arrive aussi d’effectuer des encans agricoles et de commerces qui ferment leurs portes. «Quand c’est pour des gens connus, c’est plus facile», a-t-il noté.

«Les encans qui m’ont le plus marqué, dans les églises et les presbytères. Dans les objets religieux, il y a des affaires surprenantes», a mentionné M. Thériault. «Info Dimanche fête ses 25 ans, ça fait plaisir d’être dans cette édition puisque j’étais également là à ses débuts avec une annonce de vente à l’encan», s’est rappelé l’encanteur professionnel.

DES HABITUÉS

Rémy Fortin est le propriétaire de la résidence de Saint-Antonin où a eu lieu l’encan de dimanche dernier. «C’est une maison secondaire, j’ai beaucoup plus de choses à ma résidence principale», a précisé celui qui fait de la brocante. «Nous travaillons souvent ensemble», a souligné M. Thériault.

De 75 à 150 personnes assistent généralement aux encans menés par Alain Thériault. On y retrouve des habitués comme Ulric Leclerc de Saint-Alexandre. «Ça fait plus de 40 ans que je suis les encans. Je recherche du métal : bronze, cuivre et fer. Je le revend par la suite, j’ai fait 40 voyages de pick-up et de trailer cette année», a expliqué l’homme de 78 ans.

André Blanchet est venu de Dégelis ce matin-là pour assister à la vente à l’encan. «Où il y en a, j’y suis. Je recherche des antiquités, plus particulièrement des horloges, des montres et des cendriers», a indiqué le collectionneur.

Avant le début de l’encan, on pouvait voir Richard Bujold de Rivière-du-Loup se promener dans la remise où étaient rangés de nombreux articles vendus aux enchères quelques minutes plus tard. «C’est la passion qui m’amène ici, pour trouver des choses insolites et parfois l’histoire s’y rattache. De plus, je collectionne des outils anciens pour travailler le bois», a mentionné l’homme qui fait partie de deux groupes de collectionneurs et bricoleurs, le premier du Québec comprenant 17 000 membres et le second de la France comptant 3 000 personnes.

«Il y a des gens que je vois à chaque fin de semaine», a effectivement souligné Alain Thériault qui aimerait bien fêter ses 40 ans de carrière comme encanteur. Si l’on se fie à l’esprit de camaraderie qui règne entre lui et les personnes qui assistent à ses encans, son souhait se réalisera surement.

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • Fière de toi mon cousin! Tu es merveilleux et passionné, du talent orateur et comédien aussi. Que tu puisses réaliser tes 40 ans de métier en santé.

    France, petite-fille à Marie-Anne Dubé - 2017-08-20 17:24