Publicité
30 juin 2017 - 06:42

Médaillé d’or pour la construction d’un véhicule tout terrain

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin

Décidément, les futurs ingénieurs du KRTB connaissent du succès à l’international dans le cadre de compétitions universitaires. Après les succès de Christopher Morin et de son pont d’acier, voilà que Jean-Cédric Ouellet, de Saint-Honoré-de-Témiscouata, s’est lui aussi illustré en remportant plusieurs médailles d’or pour la construction d’un petit véhicule tout terrain monoplace. 

Également étudiant à l’École de Technologie Supérieure de Montréal, Jean-Cédric formait, avec une vingtaine de coéquipiers, l’équipe BAJA ÉTS, un club scientifique de cet établissement scolaire spécialisé en ingénierie. Au cours des derniers mois, ils se sont acharnés à construire le baja (véhicule tout terrain californien) le plus performant en Amérique et leur travail a été récompensé.

«Annuellement, l’équipe prend part à trois compétitions importantes organisées par Baja SAE. Nous avons remporté les grands honneurs en Californie et en Illinois. Au classement général, c’est une 2e place. Nous sommes très satisfaits, c’est un beau feeling», a souligné le jeune homme. 

Jean-Cédric a toujours été intéressé, voire passionné, par le hors-route en VTT, lui qui a aussi fait de la compétition. C’est donc sans hésiter qu’il s’est impliqué dans ce club dès la première année de son baccalauréat en génie de la construction.

Depuis l’automne, les membres de l’équipe ont réalisé la conception, puis la fabrication, du nouveau véhicule. Cette année, la performance exceptionnelle du club aux États-Unis est entre autres attribuable à l’intégration d’une innovation entièrement conçue et développée par des étudiants de l’ÉTS, soit un dispositif de contrôle électronique couplé à une transmission à variation continue. Cette dernière permet d’optimiser l’utilisation du moteur de façon à exploiter sa puissance maximale à tout moment. 

«C’est une technologie en instance de brevet. Cette composante a suscité beaucoup de curiosité de la part des autres compétiteurs et des juges. On nous posait des questions, c’était une belle expérience», a ajouté celui qui a plus particulièrement participé à l’étape du soudage et à l’entretien des relations avec les partenaires financiers. 

Le baja de la formation québécoise était finalement évalué sur plusieurs critères et dans différentes circonstances. Il a excellé autant dans les épreuves statiques (coût, design, etc.) que dynamiques (accélération, suspension, endurance, etc.). 

Notons d’ailleurs que Félix Fortin-Bélanger, originaire de Notre-Dame-du-Portage, a aussi participé à la construction du véhicule, mais il n’a pas accompagné l’équipe lors des compétitions. Il étudie en génie mécanique à l’ÉTS. 

Les résultats fort impressionnant de l’équipe Baja ÉTS aux États-Unis sont le fruit de plusieurs heures de travail, les soirs et les fins de semaine. Conquis, Jean-Cédric Ouellet compte bien continuer son implication au cours des prochaines années. 

 

Publicité

Commentez cet article