Publicité
21 décembre 2016 - 06:54

Facultés affaiblies

L’opération VACCIN, un remède dissuasif

Francois Drouin

Par Francois Drouin, Journaliste

Twitter Francois Drouin
Toutes les réactions 1

Encore en 2016, les cas de conduites avec les facultés affaiblies, par l’alcool ou les drogues, se succèdent. Chaque semaine, au palais de justice de Rivière-du-Loup, des conducteurs repentants, parfois jusqu’à une dizaine, confient leur permis de conduire au greffier. Interdiction de conduite, amendes, casier judiciaire, leur vie vient de basculer. Et ceux-là, ce sont les chanceux !

Pour d’autres, les blessures sont morales et physiques. C’est qu’ils ont été impliqués dans des accidents graves. Malgré toutes les campagnes de sensibilisations, encore trop de gens étourdis par l’alcool ou les drogues s’assoient derrière le volant d’un véhicule.

EN CHIFFRES AU KRTB

Depuis 2012, seulement au KRTB, la Sûreté du Québec dénombre 72 collisions avec blessés où un conducteur avec les facultés affaiblies a été impliqué. S’ajoute à ce nombre 4 collisions mortelles.

De 2012 à 2015, toujours au KRTB, les policiers de la SQ ont procédé à l’interception et l’arrestation de 964 conducteurs. En 2012, il y a eu 284 interventions pour facultés affaiblies, en 2013 il y en a eu 288, puis une diminution en 2014 pour 210 interventions et182 en 2015. Cette année seulement, on en dénombre déjà 203.

Des chiffres, qui à eux seuls viennent légitimer la tenue de l’Opération VACCIN. «L’idéal serait de ne pas prendre de gens en défaut, nous ne prenons aucun plaisir à appréhender les gens, mais il est hors de question de laisser des dangers publics circuler sur nos routes sans rien faire», le sergent coordonnateur local en police communautaire, Dave Ouellet.

TAXI ET NEZ ROUGE

«Vous savez, en 20 ans de carrière, je n’ai jamais vu un gars pleurer pour avoir dépensé 20 $ dans un taxi, mais j’en ai vu pleurer quand on les arrête en état d’ébriété. J’ai vu des familles brisées par le stress, des carrières bouleversées. J’en ai même vu ne plus pouvoir faire le voyage rêvé, car il n’avait plus de passeport. Mais d’avoir pris un taxi, non, je n’ai jamais vu personne en pleurer», a commenté le sergent Ouellet.

Un taxi, un chauffeur désigné ou encore Opération Nez rouge, plusieurs options s’offrent aux conducteurs qui consommeront de l’alcool. Quant à Nez Rouge, le policier a tenu à souligner l’importance des bénévoles de l’organisme ainsi que le travail du coordonnateur, Isidore Charron.

La SQ s’adresse aussi à l’entourage des consommateurs, en les incitant à leur offrir l’hospitalité, ou plus carrément à saisir les clés.

VACCIN

Depuis le 24 novembre dernier, les policiers de la Sûreté du Québec ont repris l’opération VACCIN dont l’acronyme signifie «vérification accrue de la capacité de conduite - intervention nationale». Des barrages routiers et autres interceptions spontanées auront lieu un peu partout sur le territoire.

Si vous avez les facultés affaiblies, ne prenez pas de chance, pour vous et pour les autres, ne conduisez pas.

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • Très bon message, pour ceux qui veulent prendre la route en état d'ébriété, si vous ne voulez pas vivre, faites-le au moins pour ceux qui aiment la vie, joyeuses fêtes quand même

    Vicky - 2016-12-21 17:00