Publicité
23 novembre 2016 - 15:02

Un des plus importants hôpitaux de la province se mobilise contre le projet Optilab

La campagne du Syndicat canadien de la fonction publiue (SCFP) contre le projet Optilab a voulu sensibiliser les patients d'un des plus importants hôpitaux de la province le 23 novembre, l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont (HMR). Le SCFP rejette le projet Optilab du ministre de la Santé et des Services sociaux, car il met en péril la qualité des services offerts à la population.

Rappelons que dans la grande réforme de la santé envisagée par le ministre Gaétan Barrette, il est question de centraliser les laboratoires et ainsi en faire des mégacentres d'analyses. Déjà, HMR traite 8,2 millions d'analyses par an. Les patients perdront la proximité de cette expertise.

«Optilab, c'est la centralisation de l'ensemble des laboratoires du Québec dans 11 laboratoires serveur. Il s'agit d'une centralisation excessive qui, une fois de plus, éloignera la prise de décision des besoins des patients. Les résultats ne seront pas optimaux. Le transport diminue la qualité des échantillons à cause des délais et des variations de la température. Le ministre met la population à risque de diagnostics erronés. On ne joue pas avec la santé de nos concitoyens», a dénoncé Mathieu Beaudry, président du Syndicat des  technicien(ne)s et professionnel(le)s de HMR.

Optilab c'est aussi du transport de spécimens sur plusieurs centaines de kilomètres. Des spécimens de l'Abitibi seront envoyés au CUSM à Montréal et des prélèvements de la Baie-James et de la Côte-Nord seront analysés au Saguenay.

«Nous sommes réellement inquiets pour l'intégrité des spécimens pendant le transport et nous sommes incapables d'obtenir des réponses du gouvernement sur la façon dont le transport sera effectué. Encore une fois, ce gouvernement improvise aux dépens de la population», d'ajouter Denis Bolduc, président du SCFP-Québec.

Comptant plus de 110 000 membres au Québec, le SCFP représente 19 600 membres dans le secteur de la santé et des services sociaux au Québec.

Publicité

Commentez cet article