Publicité
14 octobre 2016 - 14:46 | Mis à jour : 18 octobre 2016 - 23:08

Consultation publique

Consultation publique sur le projet de centre multifonctionnel de Saint-Simon

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin

C’est cette semaine que les citoyens de Saint-Simon doivent voter pour ou contre le projet de rénovation du centre communautaire multifonctionnel qui est dans les plans de la municipalité depuis déjà un bon moment. Actuellement, le sujet semble en être un de dissension entre les Simonois.

Jusqu’au 20 octobre prochain, les citoyens doivent aller donner leur avis dans le cadre d’une consultation publique sur ce projet qui leur a été présenté à la fin août à la salle Ernest-Lepage. Cette soirée, à laquelle a assisté, semble-t-il, une quarantaine de personnes, était l’occasion de connaître les détails touchant l’origine du projet, la nature du centre, la stratégie de financement et les démarches entreprises.

Estimée à environ 500 000 $, la rénovation propose une salle pouvant accueillir environ 150 personnes, qui peut être séparée grâce à un mur amovible en 2 salles, une cuisine communautaire, des toilettes et des grands vestiaires. La municipalité vise l’obtention d’un soutien financier des gouvernements provincial et fédéral à la hauteur de plus de 400 000 $ et estime la participation du milieu à 50 000 $. Pour la municipalité, ce serait des frais engendrés d’environ 27 000 $ et de 10 000 $ annuellement en entretien et électricité. Notons qu'une démolition complète couterait environ 60 000 $ aux citoyens, toujours selon l'administration municipale. 

«Le Centre incarne la réhabilitation du cœur de la municipalité pour répondre aux besoins des citoyens et des familles. C’est un moyen de mobiliser la population par un projet tourné vers l’avenir et redonner un nouveau souffle au développement de Saint-Simon», a expliqué le maire de Saint-Simon, Wilfrid Lepage.

La rénovation du centre vise aussi, selon la municipalité, à offrir un espace pour répondre aux besoins de groupes communautaires. Une aire de rangement sera d’ailleurs située au sous-sol. On souhaite appuyer les initiatives du parc Croc-Nature et celle du marché public, pilotée par le comité du marché.

Aux dires de la municipalité, la rénovation était la seule option, puisque c'est ainsi que le projet correspondait aux critères de certains programmes gouvernementaux concernant l'aide financière. Rappelons qu'en 2014, l'architecte louperivois avait toutefois conseillé de rebâtir à neuf. Depuis, d'autres architecte sont passés sur le dossier. 

GROGNE

Selon nos informations, le projet de rénovation du centre des loisirs ne ferait toutefois pas l’unanimité chez les Simonois. Pour un citoyen, qui suit le dossier de près, mais qui a préféré garder l’anonymat, un nouveau centre multifonctionnel n’est pas nécessaire, alors que la municipalité dispose déjà d’une salle paroissiale.

«Je ne suis pas contre le développement et les nouveaux projets. Je crois seulement que c’est de l’argent investi pour rien, alors que la salle paroissiale peut très bien répondre aux besoins qu’on chercher ici à combler. Je ne suis d’ailleurs pas tout seul à le penser», a-t-il déclaré, regrettant également que plusieurs dizaines de milliers de dollars aient été investis dans le solage de la bâtisse plusieurs mois avant même qu’une consultation publique soit tenue sur son futur.

En réaction, le maire a souligné que la salle paroissiale Ernest-Lepage est utilisée presque tous les jours par le Club des 50 ans et plus et que c’est impossible qu’elle puisse remplacer un nouveau centre des loisirs qui «offrirait des perspectives d’avenir et qui s’inscrit dans les visées de la municipalité».

Chaque personne inscrite sur la liste électorale de Saint-Simon pourra remplir le questionnaire numéroté en allant le chercher au bureau municipal du 30, rue de l’Église, sur les heures normales d’ouverture. Une formule qui ne fait pas non plus l’unanimité. 

Si le projet est accepté et va de l’avant, la municipalité espère élaborer les plans et devis en avril, puis réaliser la construction en novembre 2017.

 

Publicité

Commentez cet article