Publicité
13 octobre 2016 - 14:54 | Mis à jour : 14 octobre 2016 - 09:14

Des machines à sous en grand nombre à Rivière-du-Loup

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin
Toutes les réactions 1

Selon une enquête du quotidien montréalais La Presse, publiée la semaine dernière, Rivière-du-Loup fait partie des villes au Québec qui comptent le plus grand nombre d’appareils de loterie vidéo (ALV) par habitant.

Si l’on pouvait croire que la situation frappe davantage les grands centres comme Montréal (et c’est bien le cas), les régions ne donnent pas leur place. Rivière-du-Loup est en tête avec Joliette, dans Lanaudière, et plusieurs villes de l'Abitibi.

Depuis 2009, Loto-Québec s'astreint à installer un maximum de deux appareils de loterie vidéo (ALV) dans les bars par tranche de 1000 habitants. Or, la concentration de machines à sous dans la région pourrait être plus élevée. Selon les données de La Presse, les établissements hôteliers et de bars louperivois possèdent un total de 14 licences et on estime qu'elles représentent chacune, en moyenne, 4,7 appareils de loterie vidéo (ALV). À bientôt 20 000 habitants à Rivière-du-Loup, le calcul est facile à faire.

Pour Célestin Simard, propriétaires du Super Bar et de l’Hôte Bar, pour lesquels il possède chacun une licence et cinq machines, les chiffres ne sont pas étonnants. «Ça ne me surprend pas. Ça fait déjà plusieurs années que l’on sait qu’il y a beaucoup de machines à sous en ville. Il y a quelques années, ils en avaient enlevé aux établissements avec moins de cinq machines, mais depuis, plusieurs en ont racheté, comme les hôteliers», raconte-t-il.

Pour parvenir à ses chiffres, La Presse a géolocalisé toutes les licences d'exploitation d'appareils de loterie vidéo délivrées par la Régie des alcools, des courses et des jeux (RACJ) pour l'ensemble de la province. Naturellement, le centre-ville de Rivière-du-Loup est là où l’on en retrouve le plus grand nombre de machines. Il est d’ailleurs prouvé que celles-ci sont un moyen de financement important pour les bars. «C’est vrai que c’est essentiel», note M. Simard.

Malgré le problème du jeu compulsif qui s’accroit tous les ans, le nombre d’appareils de loterie vidéo dans les bars ne baissera pas de si tôt. Le printemps dernier, le gouvernement du Québec a adopté la loi 74 qui fait sauter la limite de cinq appareils par licence d'exploitation. Sans se cacher, on vise une «plus grande concentration [de machines] à certains endroits».

Aux yeux de M. Simard, cette loi ne correspond pas à la situation actuelle. «Il y a moins de gens qui utilisent les machines qu’avant. Tous vous le diront (…) On sent aussi que l’opinion publique change et n’est plus vraiment favorable à cela», a ajouté l’homme d’affaires.  

En cas de besoin, les joueurs et leur entourage ont plusieurs possibilités pour avoir de l’aide au KRTB. On peut notamment contacter Alcooliques Anonymes (A.A.) au 418 867-3030 ou bien le Centre de prévention et de traitement des dépendances du Bas-Saint-Laurent au 418 371-1444.

 

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • Normal qu'il y en ait beaucoup puisqu'il y a des bars à profusion.
    Faudrait penser en limiter le nombre et nous aurions moins de soulons et de cassés dans la région.
    Qui a dit que les mieux nantis n'aimaient pas exploiter la misère?

    Emboucané - 2016-10-13 17:02