Publicité
2 septembre 2016 - 08:00 | Mis à jour : 5 septembre 2016 - 20:34

Des visiteurs repoussent leurs limites chez Aster

Mario Pelletier

Par Mario Pelletier, Journaliste

Des personnes handicapées visuelles, des visiteurs de Rimouski et de Rivière-du-Loup, ont repoussé leurs limites le 31 aout à la station de vulgarisation scientifique Aster de Saint-Louis-du-Ha! Ha! «Nous leur avons fait toucher des choses dont un fragment du cœur d’une étoile», a mentionné Stéphane Madore, directeur général.

Cette visite était organisée par l’Association des personnes handicapées visuelles du Bas-Saint-Laurent. Depuis 1989, l’organisme a pour mission d’aider ces gens à améliorer leur qualité de vie. Il travaille à briser l’isolement et à favoriser leur participation sociale dans toutes les sphères de l’activité humaine.

«Il s’agissait de 46 adultes dont l’âge pouvait varier entre 30 et 70 ans, c’était pour la grosse majorité leur première visite. Ils ont pu toucher des roches, des minéraux, nous sommes allés dans d’autres sensations ; ils ont vraiment trippé. Nous leur avons également fait vivre une expérience sur la pesanteur de la pomme et la force d’attraction», a expliqué M. Madore. Ces personnes ont certainement touché l’un des plus beaux spécimens de la station, un fragment du cœur d’une étoile. «C’est du fer à l’état pur, comme on peut certainement en trouver dans le noyau de la terre mais qu’on ne peut pas aller chercher», a ajouté le directeur d’Aster.

«Ce fut un groupe facile, ils ont fait preuve d’une grande curiosité. Nous leur avons proposé trois activités, ils sont restés ici presque trois heures», a-t-il résumé.

LA SAISON ESTIVALE

Aster a vécu une saison estivale un peu différente en 2016. La grosse période d’achalandage s’est déplacée un peu plus tard en saison. «Nous avons vécu notre pointe d’achalandage vers la fin du mois de juillet et le début d’aout. Avec la belle température, nous constatons une petite augmentation», a expliqué le directeur général.

«La clientèle touristique n’est pas suffisamment nombreuse en période estivale pour nous permettre de boucler notre budget ; une chance que nous ayons des emplois étudiants subventionnés. Mais cet été, le mois de juillet s’est autofinancé grâce à nos sorties à l’extérieur», a poursuivi Stéphane Madore. Pour une deuxième année, des animateurs se sont déplacés dans des terrains de jeux, des camps de jour ou tout autre demande provenant du territoire du KRTB. «En 2016, nous avons doublé le nombre de personnes que nous avons rencontrées. Pour l’année prochaine, nous allons renouveler notre contenu et poursuivre dans ce sens», a précisé le directeur général.

Avec la rentrée scolaire, c’est le début des ateliers dans les écoles. «Déjà nous avons un éducateur qui est parti dans la région de Québec et prochainement il y en aura un autre qui prendra la direction de l’Alberta. De plus, nous effectuerons des tournées dans les commissions scolaires de la région. Nous sommes déjà en avance sur l’an passé au niveau des demandes. Nous avons rencontré près de 20 000 élèves l’an dernier et on s’attend à encore mieux cette année», a conclu Stéphane Madore.

Publicité

Commentez cet article