Publicité
11 août 2016 - 06:58

Yvan L’Heureux à la rencontre de ses limites

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Toutes les réactions 1

La quête spirituelle du Louperivois Yvan L’Heureux a pris un nouvel élan alors qu’il a complété la course d’endurance Transpyrenea de près de 900 kilomètres dans la chaine de montagnes des Pyrénées, en deux semaines.

Après 6 mois de préparation, il s’est embarqué dans cette aventure sans connaitre toute la profondeur de l’aventure physique et intérieure qui l’attendait. Seulement 78 coureurs ont terminé l'épreuve, alors que près de 250 athlètes ont franchi la ligne de départ.

«On ne peut jamais se pratiquer à ce qui arrive là-bas, c’est humainement impossible. Finir n’était pas important pour moi. Après la 8e journée de marche, j’avais trouvé ce que je cherchais. J’ai failli redonner mon dossard, mais j’ai décidé de continuer à mon rythme. Peu à peu, l’idée de complété le parcours a pris plus d’importance», raconte Yvan L’Heureux.

Les athlètes s’accordaient des pauses pour dormir d’environ 2 à 4 heures par jour. Il a même passé 32 heures de suite sans sommeil pour continuer son ascension. Plusieurs points de contrôle permettaient aux randonneurs de se ravitailler tout au long du parcours. Yvan L’Heureux a également traité plusieurs personnes blessées tout au long de la traversée des Pyrénées, aidé par ses connaissances de l’acupuncture et médicales.

Les 900 kilomètres ont donc été avant tout matière à méditation et un retour à l’essentiel. Celui qui se qualifie de «guerrier pacifique» s’est battu avec des irritations, un coup de chaleur, s’est rendu à la limite de l’hypothermie pendant ces 15 jours. «Je suis allé chercher beaucoup de paix. Le corps était vraiment brisé par l’effort et l’esprit broyé. Ça m’a permis de revenir à l’important, la famille, les amis, le travail, la passion. Donner le temps nécessaire à ceux qui sont autour, dans l’instant présent», explique-t-il.

Yvan L’Heureux estime que cette aventure le changera pour toujours. Il est également reconnaissant des rencontres qu’il a pu faire lors de ce parcours avec des athlètes plus expérimentés. Ils lui ont fourni de judicieux conseils pendant son aventure.

Le Louperivois a mis 391 heures et 27 minutes à compléter le parcours de 866 kilomètres et plus de 55 000 mètres de dénivelé. Il a pris le 49e rang sur 78 coureurs qui ont complété cette épreuve longeant la frontière entre la France et l’Espagne. Il y avait près de 250 athlètes sur la ligne de départ. Certains d’entre eux, souffrant de diverses blessures, ont choisi d’abandonner ou ont dû se faire évacuer en hélicoptère afin de recevoir les soins de santé adéquats.

Il entend se reposer encore quelques jours, puisque l’épreuve qu’il s’est lui-même imposée en était aussi une de survie. 

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • Bravo Yvan. Tu as toute mon admiration.

    Gilles Lévesque - 2016-08-11 07:55