Publicité
19 juillet 2016 - 12:11 | Mis à jour : 12:22

Rivière-Bleue exerce des pressions auprès de la CODET

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Toutes les réactions 9

La Municipalité de Rivière-Bleue a adopté à majorité le 22 juin une résolution visant à retirer sa contribution financière à l’agent de développement Daniel Blier de la CODET. Cette situation ramène à l’avant-plan le conflit entre M. Blier et l’entrepreneur David Pelletier, qui est le fils du maire de Rivière-Bleue, Claude H. Pelletier.  

Dans la résolution, la Municipalité affirme s’être trouvée insatisfaite des actions entreprises et de l’évolution de certains dossiers à la Corporation de développement économique du Transcontinental (CODET) depuis son embauche. «Attendu que la Municipalité n’est pas informée du suivi des dossiers la concernant, que deux dossiers sont en route sans suivi. Les interventions de l’agent de développement sont faites suite aux demandes venant des supérieurs», peut-on y lire.

Il lui est également reproché de ne pas avoir fourni son emploi du temps et sa répartition entre les quatre municipalités du Transcontinental, ainsi que son bilan des congés et de vacances.

LITIGE

Le dernier point de la résolution fait référence à un litige entre M. Blier et David Pelletier, un entrepreneur qui l’avait accusé d’avoir utilisé des informations de son plan d’affaires pour un projet similaire de microbrasserie. «Attendu que des informations confidentielles ont été soumises à M. Blier et que celui-ci les a utilisées à des fins personnelles», est-il inscrit dans le procès-verbal de la réunion.

M. Blier est également le copropriétaire de la nouvelle microbrasserie le Secret des Dieux à Pohénégamook, qui a ouvert ses portes en mai. «Je n’ai jamais vu aucun document de son projet», avait affirmé en juin M. Blier, qui ne considérait pas que ses fonctions au niveau de la Corporation doivent l’empêcher de réaliser un projet personnel. Cette affirmation avait été corroborée par Yves Lebel, qui était alors directeur général du CLD de Témiscouata au journaliste d’Info Dimanche, Mario Pelletier. M. Lebel a souligné que ce n’était pas Daniel Blier qui avait effectué l’accompagnement dans ce dossier.

La Municipalité de Rivière-Bleue continue toutefois d’appuyer la CODET, mais exerce visiblement des pressions auprès de M. Blier, qui est à sa tête. «On attend que le conseil ait rencontré les membres du conseil d’administration de la CODET avant de faire plus de commentaires», a expliqué le maire de Rivière-Bleue, Claude H. Pelletier.

RÉACTION

La CODET a réagi peu après avoir été mise en courant de l'adoption de cette résolution, le 19 juillet. «LA CODET déplore la procédure employée par la Municipalité. La Municipalité de Rivière-Bleue siège au conseil d’administration de la CODET depuis sa fondation en 2011.  Or, à aucun moment avant l’adoption de sa résolution, elle n’a manifesté au conseil d’administration la moindre plainte ni doléance en rapport avec le travail de M. Blier», a-t-elle commenté par voie de communiqué.

La CODET réfute également les allégations à l’effet que Daniel Blier aurait utilisé des informations confidentielles obtenues dans le cadre de son travail et les aurait utilisées à des fins personnelles. «Ces allégations sont fausses et totalement injustifiées», estime-t-elle. Le conseil d’administration de la CODET a réitèré sa confiance et son appui à son agent de développement, Daniel Blier.

La rencontre entre la Municipalité et la CODET devrait avoir lieu vers la fin du mois d’aout. L’entente est respectée dans son intégralité avant la prise de décision finale.

Publicité