Publicité
13 mai 2016 - 15:38

Le Centre de plein air de Notre-Dame-du-Lac doit augmenter ses tarifs

Mario Pelletier

Par Mario Pelletier, Journaliste

Après un déficit d’opération en 2015, le Centre de plein air de Notre-Dame-du-Lac à Témiscouata-sur-le-Lac augmente ses tarifs afin d’assurer l’avenir de ses installations. «2016 est une année de stabilisation et les prochaines devraient permettre une remise à niveau des installations», a mentionné Pierre Mailloux, directeur général.

«Cette année, nous ferons une évaluation de nos infrastructures qui sera suivie d’un plan de remise à niveau. Cette opération pourrait débuter en 2017 si les conditions le permettent, si non en 2018», a précisé M. Mailloux. «Nous avons reçu de la Ville de Témiscouata-sur-le-Lac le mandat d’autofinancer les installations», a ajouté le directeur général.

Le Centre de plein air a connu des années sans déficit de 2011 à 2014. C’est d’ailleurs au cours de cette dernière année que le Centre a remplacé les quais de sa marina, un investissement subventionné à la hauteur de 75%, la balance étant financée par un emprunt sur 7 ans. «La tarification actuelle nous permettra un petit coussin. Dans les prochaines années, les augmentations seront plus raisonnables», précise le gestionnaire.

MARINA

Certaines personnes ont critiqué les hausses de 2016, notamment celle de 19 à 25 $ du pied linéaire pour les embarcations nautiques dans la marina. «À Notre-Dame-du-Lac, nous avons un prix fixe plus 50 $ pour le service d’électricité. Certaines marinas choisissent un prix de base avec davantage d’extras, ça devient plus difficile de comparer», a-t-il souligné.

Le directeur général du Centre de plein air de Notre-Dame-du-Lac a toutefois commenté la situation avec celle de la marina du Club de Yacht de Cabano où le tarif est de 16.25 $ du pied linéaire et des frais de 54 $ pour la carte de membre. «Si l’on tient compte que la marina du Club de Yacht compte 170 places, donc des revenus estimés de 55 000 $, il lui est plus facile de garder ses tarifs plus bas que nous avec 100 bateaux et des revenus de 50 000 $. Les dépenses pour la marina n’augmentent pas de façon importante avec le nombre de places, il y a des frais qui ne varient pas beaucoup», a expliqué Pierre Mailloux.

La marina, classée 3 Ancres d’or, est la seule du Témiscouata à être membre de l’Association maritime du Québec et reconnue comme station nautique, un moyen de se faire connaitre auprès de la clientèle touristique. «Nous avions 50 nuitées de bateaux en 2012 et avec ce statut nous en avons enregistré 210 en 2015», a souligné M. Mailloux.

CAMPING

La tarification du camping, qui compte 143 emplacements, a connu une hausse de 350 $ par année. «Nous sommes passés de 1600 $ à 1950 $, tout compris. Nous avons un bon taux d’occupation, aux alentours de 75% pour 90 jours. Sur nos 65 saisonniers de l’été dernier, 58 ont confirmé leur retour, 3 sont en réflexion et 4 ont décidé de quitter. Notre achalandage est bon avec une clientèle récurrente. D’ailleurs, nous n’avons plus de séjours de deux semaines disponibles, les gens réservent à l’avance» a noté le directeur général. Le camping obtient la cote 3 Étoiles.

Le Centre de plein air est aussi responsable des opérations de la plage. «Nous avons fait des choix d’affaires, coupé dans les dépenses et revu des choses», a résumé Pierre Mailloux.

 

Publicité

Commentez cet article