Publicité
17 avril 2016 - 07:05

DOSSIER - Retraite

Parler de revenu à la retraite, un stress?

Mario Pelletier

Par Mario Pelletier, Journaliste

Rivière-du-Loup – Dois-je travailler plus longtemps? Quelle est mon espérance de vie? Ai-je suffisamment d’argent? «Parler de revenu à la retraite représente un stress pour certaines personnes», souligne Sylvie Dubé, planificatrice financière chez Desjardins.

«C’est une tendance, des gens travaillent plus longtemps pour avoir davantage d’argent au moment de prendre leur retraite ; ils s’approchent de plus en plus de 65 ans, l’âge légal du régime public», a noté Mme Dubé de la Caisse Desjardins de Rivière-du-Loup. En fonction de vos besoins et de vos attentes, le planificateur financier vous guidera afin de fixer des objectifs d'épargne qui vous conviendront. «Nous sommes là pour mener vos projets à terme», affirme Mme Dubé.

GARDER LE MÊME RYTHME DE VIE

Pour beaucoup de personnes, l’objectif premier est de garder un rythme de vie semblable à celui de la période de travail. «Les gens qui voyagent beaucoup par exemple, voudront continuer à leur retraite. Si une personne est habituée de vivre avec un revenu plus élevé, elle serait mieux d’avoir plus d’argent pour sa retraite», souligne la planificatrice financière.

Une constante, plus tôt on commence à mettre de l’argent de côté pour la retraite, plus notre budget nous permettra de passer d’agréables moments et d’éviter les soucis. Notez cependant qu’il n’est jamais trop tard pour débuter puisque cet argent constituera un revenu supplémentaire au Régime de rentes du Québec et celui de la pension de la Sécurité de la vieillesse du Canada.

L’ÉPARGNE SYSTÉMATIQUE

Sylvie Dubé soutient qu’il est important d’organiser sa retraite : «On doit la planifier dans le temps. Différentes stratégies peuvent être adoptées selon les personnes. De plus le monde financier évolue constamment.» La planificatrice financière nous a donné l’exemple d’une personne qui commence à mettre de l’argent de côté pour sa retraite dès l’âge de 20 ans et de façon systématique. Avec une mise de fonds de 2 500 $ par année dans un régime enregistré d’épargne retraite (REER), à 65 ans cette personne pourrait bénéficier d’un montant de plus de 300 000 $. Si elle commence à 30 ans, on évalue la somme disponible aux environs de 275 000 $. Le total dépend également des taux de rendement au fil des ans.

À L’HEURE DES CHOIX

Si l’on sent la retraite arriver à grands pas, c’est probablement l’heure de penser à faire d’autres choix, notamment pour le décaissement de l’argent amassé dans un REER afin de minimiser les impacts fiscaux. «Il faut éviter de redonner une grande partie de l'argent des REER au gouvernement», note Sylvie Dubé. «Il faut prévoir une stratégie de décaissement progressif pour éviter de tout donner à l'impôt. On va essayer de décaisser tranquillement pour atteindre des meilleurs taux d'imposition. On doit envisager d’avoir suffisamment d’argent pour toute sa retraite», explique la planificatrice financière.

Ces choix peuvent également être influencés par vos types de revenus lors de votre période de travail. Vous possédez un immeuble à revenus, une résidence secondaire ou une entreprise, leur vente vous apportera un gain en capital qu’il faudra planifier en fonction de vos besoins à la retraite et des impacts fiscaux. «Une grosse entrée d’argent, ça signifie payer davantage d’impôts; c’est mieux de l’étaler», explique la planificatrice financière.

«Nous sommes là pour faire de l’accompagnement dans une démarche structurée pour que les personnes puissent prendre leur retraite avec une sécurité financière», a conclu Mme Dubé qui travaille pour le Mouvement Desjardins depuis 25 ans.

 

Publicité