Publicité
11 avril 2016 - 06:56

Témiscouata : plus de wagons pétroliers, plus d'inquiétudes

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin
Toutes les réactions 8

Témiscouata-sur-le-Lac – Davantage de wagons pétroliers pourraient éventuellement voyager au cœur de certains villages témiscouatains. L’organisme de bassin versant du fleuve Saint-Jean s’en inquiète et souhaite sensibiliser les citoyens et les élus sur le risque que cela représente pour les cours d’eau. 

Selon un article paru le 25 mars dernier dans The Tribune, un quotidien anglophone néo-brunswickois, le Canadien National (CN) envisagerait d’utiliser la voie ferrée qui passe par le Témiscouata, plutôt que celle qui longe la rivière Matapédia, plus à l’est, pour atteindre Chaleur Terminals, un nouveau projet de terminal pétrolier prévu à Belledune, au Nouveau-Brunswick. Le projet serait attendu en 2017. 

« Il est important d’informer les gens de cette réalité. Beaucoup trop de personnes ne connaissent pas encore le dossier, alors qu’il nous concerne tous », a indiqué Michel Grégoire, directeur de l’OBV du fleuve Saint-Jean.  

Au Témiscouata, des centaines wagons pétroliers passent déjà par Pohénégamook et Rivière-Bleue tous les jours, mais leur nombre pourrait considérablement augmenter si le projet de terminal se concrétise et si le CN va de l’avant avec sa décision, rapporte M. Grégoire. Concrètement, on parlerait de 220 wagons-citernes de plus par jour en voyage dans la région. 

L’organisme de bassin versant du fleuve Saint-Jean rappelle d’ailleurs que quatre déraillements sont survenus sur la même voie ferrée qui traverse le Témiscouata, mais de l’autre côté de la frontière au cours du période de 16 mois. Le dernier en date est survenu en avril 2015, près d’Edmundston. 

« Nous nous demandons si la voie ferrée est assez sécuritaire pour accueillir autant de nouveaux wagons chaque jour. Nous ne sommes pas rassurés, la voie ferré longe des cours d’eau importants et passe à proximité des prises d'eau potable de nombreuses municipalités », a mentionné Michel Grégoire.

L’OBV du fleuve Saint-Jean est mandaté, en vertu de la loi sur l’eau, pour mettre en œuvre la gestion intégrée de l’eau dans la zone du bassin versant du fleuve Saint-Jean.

 

Publicité