Table of Contents Table of Contents
Previous Page  54 / 60 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 54 / 60 Next Page
Page Background

Le 7 février 2018

|

infodimanche

CULTUREL

54

S’il était plutôt marginalisé au Bas-Saint-

Laurent en raison de sa passion pour la mode et

le design dès son tout jeune âge, Rudy Bois et

ses créations ont connu une véritable explosion

de popularité en à peine cinq ans. Véronique

Cloutier, Karine Vanasse, Marie-Mai et

Geneviève Borne ont toutes porté des vêtements

de la marque Rudybois. Ses créations ont été

publiées dans le Elle Canada, Dress To Kill,

Fashion Magazine, Loulou Magazine, entre

autres.

«Cette passion a toujours été là depuis que je

suis jeune. Ma grand-mère était une couturière.

Plus jeune, je dessinais des robes et elle m’aidait

à les fabriquer. J’ai dû créer ma première vers 12

ou 13 ans. J’étais comme un mouton noir. Des

gars qui aiment la mode en région il n’y en a pas

beaucoup», raconte Rudy Bois, maintenant âgé

de 29 ans.

Toutefois, en novembre 2015, il a décidé de

mettre fin à la création de collection de vête-

ments haut de gamme destinés aux femmes

d’affaires. Tous les profits générés par la vente

de ses vêtements étaient aussitôt réinvestis pour

ses prochaines créations.

Rudy Bois s’est plutôt lancé dans une démar-

che ludique pour assouvir son besoin de création

et se sortir de son carcan sérieux et rigoureux.

De là est né l’idée de la série de croquis «Faire

visage».

«C’était la première fois que je créais une col-

lection destinée aux hommes. Je savais que les

femmes allaient continuer de me suivre et venir

magasiner dans l’autre section. Je crois que

‘’Faire visage’’ représente l’essence globale de

mon travail.» Rudy Bois souhaitait présenter un

côté plus «pop» dans ses créations. L’espace

entre les deux incisives qui apparait sur les t-

shirts de cette collection réalisée en collabora-

tion avec Simons se veulent des références à des

personnalités marquantes de son cheminement,

comme Madonna ou encore Elton John. Ces

vêtements étaient d’ailleurs distribués dans tous

les Simons en Amérique du Nord.

Les œuvres du Pistolois ont également été

vues par des milliers de personnes dans le

Complexe les Ailes à Montréal. Il a participé à

une grande installation artistique intitulée «Des

visages tournés vers l’avenir», s’inspirant direc-

tement de sa collection de croquis «Faire

visage». L’installation a été présentée de mars

2016 jusqu’en mars 2017. Il est encore trop tôt

pour confirmer une autre collaboration entre

Rudy Bois et la chaine Simons, même si les ven-

tes ont «très bien été», selon le directeur artisti-

que. Les vêtements de la collection «Faire

visage» ont déjà tous trouvé preneur. Ses croquis

sont encore en vente sur le site web

rudybois.com

.

La collection du Pistolois Rudy Bois s’arrache chez Simons

Le directeur artistique Rudy Bois.

Deux des t-shirts de la collection «Faire visage» de Rudy Bois x Simons.

[email protected]

ANDRÉANNE LEBEL

Le directeur artistique pistolois Rudy Bois a

parcouru énormément de chemin depuis le

lancement de sa première collection fémi-

nine de prêt-à-porter haut de gamme en

2013. Le créateur a été couronné comme

choix du public pour la meilleure collec-

tion printemps été 2015 par le Fashion

Magazine dans le cadre de la Semaine de

la mode de Toronto. En juillet 2017, Rudy

Bois s’est allié avec la compagnie Simons

pour présenter une collection de t-shirts,

et il est loin de s’arrêter.

En collaboration avec la MRC de Témiscouata, le

Tremplin de Dégelis offre aux artistes témiscoua-

tains, âgés de 13 ans et plus, l’opportunité de

participer gratuitement à une journée de forma-

tion sur mesure le 24 février touchant les domai-

nes de l’humour et de l’animation avec le forma-

teur Patrick Tremblay, diplômé de l’École

nationale de l’humour.

Cette journée permettra aux animateurs et

aux humoristes amateurs d’améliorer leur per-

formance sur scène, de se préparer pour l’anima-

tion d’un spectacle ou pour la création d’un

numéro d’humour. L’écriture de textes humoristi-

ques et d’animation, l’improvisation et la mise en

scène de spectacles seront aussi des sujets abor-

dés par le formateur.

La journée de formation aura lieu le samedi

24 février de 9 h à 16 h au Centre culturel

Georges-Deschênes de Dégelis. Les personnes

âgées de 13 ans et plus démontrant un intérêt

significatif envers les sujets abordés ont jusqu’au

21 février pour s’inscrire en communiquant au 418

853-3233. Ces formations sont gratuites.

Diplômé de l’École nationale de humour,

Patrick Tremblay a collaboré aux textes des

spectacles de Boucar Diouf, il a été scripteur

pour l’émission «On connaît la chanson» diffu-

sée à TVA, il a participé à des galas pour

ComediHa! à Québec et au festival Juste pour

rire. Il enseigne le cours d’écriture humoristique

et de créativité à l’École nationale de l’humour.

Dans les entreprises et les écoles, il donne sa

conférence «L’humour comme associé». Il est

aussi formateur au Tremplin depuis plusieurs

années. Ce projet est rendu possible grâce à la

collaboration financière de la MRC de

Témiscouata en lien avec le plan d’action de la

politique culturelle.

Le Tremplin offre une formation gratuite

pour les animateurs et humoristes

1152090618