Publicité

13 janvier 2022 - 15:53 | Mis à jour : 19 janvier 2022 - 15:31

Démission en bloc au sein de l'équipe de baseball de Trois-Pistoles

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin
Toutes les réactions 1

L’avenir de l'équipe du Bérubé GM de Trois-Pistoles dans la Ligue de baseball Puribec est menacé. Dans un long message publié sur les réseaux sociaux au nom des membres du conseil d’administration, le président de l’organisation, Patrice St-Jean, déplore une «ambiance toxique» dans les relations avec le président de la ligue, Denis Bérubé, critique plusieurs de ses décisions et mentionne que les membres du C.A. n’ont plus d’intérêt à poursuivre l’aventure du baseball senior dans ces conditions. 

L’avenir du Bérubé GM de Trois-Pistoles est ainsi en péril, puisque toutes les personnes impliquées dans la direction de l’équipe ont remis leur démission en bloc, récemment. Une décision qui fait écho à celle des membres du conseil d'administration des Escaladeurs de La Pocatière qui ont également tous démissionné, le 11 janvier dernier. 
Dans les deux cas, les organisations soulèvent des critiques envers la direction de la ligue de baseball senior du Bas-Saint-Laurent. 

Au cœur de cette affaire, pour Trois-Pistoles, se trouve une controverse liée au 5e match de la série demi-finale l’opposant aux Braves du Témiscouata à l’été 2021. L’équipe témiscouataine avait obtenu la victoire par défaut – bien qu’elle se soit inclinée 8 à 7 – après que la formation pistoloise ait fait lancer un joueur ayant un contrat au niveau junior élite, ce qui contrevenait à un règlement de la ligue. Pourtant, Trois-Pistoles a toujours clamé avoir reçu l’autorisation du président pour l’utilisation de ce joueur comme lanceur de relève.  

Trois-Pistoles a plus tard été éliminée et l’organisation estime que cette défaite lui a non seulement couté une place en finale, mais aussi plusieurs revenus importants. Encore aujourd’hui, elle regrette que le président ne lui ait formulé «aucune excuse pour les conséquences néfastes qu’elle a subies». 

«Pour l’instant, la direction de l’équipe est en consultation avec une firme d’avocats afin d’évaluer la possibilité d’un recours monétaire contre le président et la Ligue Puribec pour la perte de revenus en nous excluant de la finale», a même indiqué Patrice St-Jean dans la lettre destinée aux partisans et amateurs de baseball au Bas-Saint-Laurent. 

Plus récemment, le Bérubé GM de Trois-Pistoles déplore également que sa demande pour obtenir un joueur importé «sans territoire déterminé» lui ait été refusée. «On nous restreint à un joueur importé établi à Lévis», a écrit M. St-Jean.

L’organisation estime être victime d'iniquité et que le président Denis Bérubé agit par «vengeance personnelle» à son endroit. Elle ajoute avoir réalisé, après la dernière réunion de la ligue de baseball Puribec, que ses différends avec le C.A. de la Ligue sont «insolubles» et que ses demandes ne seront jamais être entendues. 

Le Bérubé GM est ainsi maintenant à la recherche de nouvelles personnes désirant s’impliquer dans l’organisation du club de baseball. «Nos livres sont à jour et notre collaboration vous est acquise. Je mentionnerai aussi que plusieurs joueurs d’impact nous ont signifié ne pas être intéressés de continuer dans cette ambiance désolante», a laissé tomber Patrice St-Jean. 

DENIS BÉRUBÉ SE DÉFEND

Rejoint en début de semaine, Denis Bérubé se défend d’être celui qui décide de tout dans la Ligue Puribec. «Il ne faut jamais oublier que malgré tout ce qu’on dit contre moi, je ne décide rien. C’est facile de trouver un bouc émissaire, de dire que c’est de ma faute, mais les questions se règlent toujours au vote. Ce sont elles qui votent les règlements.»

«Il y a une différence entre un commissaire et un président. Le premier décide de tout, c’est lui le boss. Moi je suis un président de baseball qui préside des réunions.»

Au sujet de la question des joueurs importés, il rappelle que l’objectif a toujours été de «niveler le niveau de la ligue vers le haut». Il soutient aussi que la ligue n’en est pas une de joueurs importés, alors qu’environ 90 % de ses membres sont locaux. 

«L’objectif, c’est d’aider les équipes les plus faibles pour avoir une parité», a justifié le président. «Il y a des équipes qui, dans les 15 dernières années, ont fait une dizaine de finales et ont remporté plusieurs championnats. Si elles ne trouvent pas ça équitable que les autres équipes aient une chance de gagner de temps en temps, je ne sais pas quoi dire…»

Enfin, il ne souhaite pas répondre aux «attaques personnelles» lancées à son égard. Il confirme toutefois qu’il ne compte pas démissionner de son poste, rappelant avoir obtenu la confiance de la majorité des équipes du circuit lors de la dernière assemblée générale annuelle. 

«Y a-t-il un président de ligue, tous sports confondus, qui est content de perdre des équipes? Non. Y a-t-il un président de ligue qui va écœurer une équipe pour la sortir de la ligue? Jamais», a-t-il dit.  

«J’ai couru comme un malade à Grand-Sault et Matane. On a aidé à monter une concession à Montmagny. On est loin de ne pas vouloir d’équipes dans la ligue», a-t-il ajouté.  

Quant à l’avenir incertain des équipes de Trois-Pistoles et La Pocatière, il mentionne être à la recherche de solutions. «Oui, on essaie de trouver des solutions, oui on souhaite avoir huit équipes et oui on pense avoir des chances d’en compter huit. C’est ce qu’on veut faire.»
 

Publicité


Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • Hé bien! les acteurs ont changé avec le temps mais la problématique ressemble à celle que j’ai connue il y a de cela plusieurs années. Durant mes années au sein du bureau de direction de la Ligue, les joueurs importés faisait litige annuellement et la concession de Ste-Blandine a fait les frais des différents avec l’exécutif. Autre temps…même mœurs.

    Gaston Pelletier - 2022-01-14 19:09