Publicité

18 décembre 2021 - 06:03

Superkarting Rivière-du-Loup

«On tire la plug, ça vient de s’éteindre, c’est terminé» - Roland Voyer

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin

Terminé le vrombissement des karts défilant à vive allure dans les rues de Rivière-du-Loup, du moins à court et moyen terme. Le promoteur du Superkarting de Rivière-du-Loup, Roland Voyer, a confirmé avec regret que son événement ne sera pas de retour. Une annonce «définitive», a-t-il dit, le 13 décembre.

La décision a été émotive, mais c’est la raison qui l’a finalement emporté. Au cours des dernières semaines, un enchainement de complications financières et logistiques s’est abattu sur l’organisation. Une différence de vision de l’événement avec «certains intervenants du monde du karting» a aussi amené les passionnés derrière le projet à trancher vers son annulation.

«Pour moi, la décision était prise depuis quelques jours, mais je voulais en discuter avec les membres de mon équipe. On a finalement convenu ensemble que c’était la chose à faire. On tire la plug, ça vient de s’éteindre, c’est terminé», confie Roland Voyer. 

Il précise d’emblée : le milieu louperivois n’est pas en cause et n’a rien à se reprocher. «Je travaillerais à nouveau avec les gens de la Ville ou du Centre de services scolaire n’importe quand. Je les avais même déjà rencontrés pour l’événement et tout allait très bien à ce niveau-là», assure-t-il. 

Le nœud du problème est donc ailleurs. Sans entrer dans tous les détails, le promoteur explique qu’il avait minutieusement choisi une date pour tenir son événement l’été prochain. Une fin de semaine qui tombait pendant les congés scolaires, qui fonctionnait localement et qui, surtout, ne faisait pas compétition avec d’autres grands rendez-vous de karting au Québec. «Il n’y avait qu’une date possible, assure-t-il. C’était celle-là et on s’était battu pour l’avoir.» 

Tout allait plutôt bien, donc, jusqu’au moment où il a appris, il y a environ deux semaines, qu’un promoteur du Nouveau-Brunswick souhaitait lui aussi organiser une course en Ontario au même moment. Une lourde tuile est alors tombée sur la tête de l’organisation déjà fragilisée par différentes contraintes financières, dont les exigences et les couts faramineux des assurances. «Ça ne marchait plus», résume le passionné, simplement. 

Sans surprise, organiser un événement de cette envergure n’a jamais été simple et les défis sont multiples et colossaux. Depuis 2019, les couts d’exploitation, déjà exorbitants, ont augmenté de façon vertigineuse. Un nuage budgétaire planait toujours au-dessus de la tête des organisateurs. Cependant, ça ne les a jamais arrêtés.  

«Ç’a toujours été comme ça, et on peut vivre avec beaucoup de choses, mais avec les événements des dernières semaines, je me suis dit que c’était assez», partage Roland Voyer qui a consacré des milliers d’heures, ces dernières années, pour ramener l’événement à Rivière-du-Loup. 

«Pour 2022, je voulais que ce soit encore plus gros que ce qu’on avait présenté en 2019, mais en organisant sa course en même temps, [l’autre promoteur] m’enlève du marché. Ça m’obligeait de diviser la tarte, et financièrement, c’était trop.»

Terminé donc, ce grand et ambitieux projet du Superkarting de Rivière-du-Loup? «Pour le moment, la porte est fermée. C’est clair, net et précis», lance Roland Voyer, toujours sous le coup de l’émotion. «Je me sens cheap, je ne me sens pas bien, mais quand j’y pense encore, j’arrive à la même conclusion […] Les gens ne voient pas tout ce que ça demande. C’est beaucoup plus qu’une piste, des blocs et des pilotes…c’est tellement plus que ça.»

Il ajoute : «Il y a un proverbe qui dit que l’appel l’emporte sur le profit. Nous, on était rendu là, même beaucoup beaucoup plus loin que ça.»

UN POTENTIEL INCROYABLE 

Après le grand succès de sa première présentation, Roland Voyer voyait grand pour Rivière-du-Loup, très grand même. Le rendez-vous 2020, qui a été annulé en raison de la pandémie, devait même être encore plus spectaculaire. Des pilotes américains, certains des meilleurs du sport, avaient confirmé leur présence sur la ligne de départ, près de l’école secondaire. «Ç’aurait été incroyable, c’était tout ce qu’on a toujours voulu», regrette-t-il. 

Il croit toujours que son projet avait le potentiel de marquer la saison estivale louperivoise. Plus encore, il souhaitait que le Superkarting de Rivière-du-Loup démarque la ville sur la scène nationale et qu’il accueille des amateurs de partout.

«On voulait que ça devienne un événement phare pour la région et même la province. C’était un événement distinctif, à l’extérieur de ce qui se fait déjà et qui pouvait amener beaucoup d’argent […] Il n’y a personne qui peut organiser quelque chose comme ça ailleurs. D’un point de vue touristique, ç’aurait été formidable. C’était ça l’objectif…»

Les circonstances, la plupart incontrôlables, en auront décidé autrement, au grand dam de nombreux amateurs, d’ici comme d’ailleurs, qui ont partagé leur déception de voir l’événement disparaître sur les réseaux sociaux.

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article